Jack Layton demande à Paul Martin de congédier le ministre des Ressources naturelles

mercredi 19 janvier 2005

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE — 19 janvier 2005 — « Ne nous dites pas qu’il n’est pas possible d’atteindre les objectifs de Kyoto. Nommez plutôt des personnes responsables qui le veulent », a déclaré Layton

TORONTO –Aujourd’hui, le chef du NPD, Jack Layton, a demandé au premier ministre Martin de cesser de trouver des excuses à ses ministres libéraux quand ils déclarent que le Canada ne peut réduire le taux de pollution, et suggère plutôt de les congédier. À Tokyo, Martin a appuyé le ministre des Ressources naturelles, John Efford, lequel avait mentionné plus tôt qu’au Canada les pollueurs ne pouvaient se soumettre aux objectifs de Kyoto.

Au Japon, Martin a indiqué que les gros pollueurs au Canada ne pourraient atteindre les objectifs de Kyoto d’ici 2012, et a laissé entendre qu’ils auraient plutôt jusqu’à 2017 pour s’y conformer. Il n’a pas fait allusion à la promesse rompue des Libéraux visant à réduire le taux de pollution avant 2005.

« Selon M. Martin, quel serait le plus grand scandale : Judy Sgro qui aurait obtenu de la pizza gratuitement ou John Efford déclarant que les Libéraux vont encore rompre une autre promesse faite aux Canadiens et au monde entier sur la question de l’environnement ? », de demander J. Layton, également porte-parole du NPD en matière de changement climatique. « Au lieu de dire que nous ne pouvons atteindre les objectifs de Kyoto, M. Martin devrait plutôt nommer des personnes responsables qui veulent atteindre ces objectifs. »

« Durant les élections, M. Martin a demandé aux électeurs progressistes d’abandonner le NPD et de voter pour les Libéraux afin de protéger le traité de Kyoto contre Stephen Harper, a-t-il affirmé. Je suis d’avis que les électeurs progressistes aimeraient que le traité de Kyoto soit également protégé contre John Efford. Si M. Martin veut atteindre les objectifs de Kyoto dans les délais prescrits, il devrait congédier les ministres qui ne croient pas à cet objectif au lieu de leur trouver des excuses. »

Dans le livre rouge des Libéraux de 1993, rédigé par Paul Martin, les Libéraux ont promis de réduire les émissions des gaz à effet de serre de 20 pour cent avant 2005. Or, ces émissions ont plutôt augmenté de 20 pour cent depuis. Dès leur entrée en fonction, les gouvernements libéraux majoritaires n’ont jamais réussi à appliquer des mesures de base obligatoires régissant, entre autres, l’efficacité énergétique des véhicules automobiles. Ils ont plutôt continué à subventionner l’industrie du pétrole et du charbon dont ils prétendent vouloir réduire la consommation.

« Un objectif lointain établi par Paul Martin ne vaut rien de plus que le papier sur lequel il est rédigé », d’ajouter Layton. En 1993, il a promis de réduire la pollution avant 2005. Nous sommes maintenant en 2005 et nous polluons plus qu’avant, et Martin rétorque que cet objectif sera plutôt réalisable avant 2017. Après une décennie de promesses rompues faites aux Canadiens et au monde en matière d’environnement, il est temps que Paul Martin agisse – et qu’il congédie son ministre des Ressources naturelles au lieu de l’excuser. »

- 30-

Pour plus de renseignements, veuillez contacter :

Karl Bélanger, attaché de presse de Jack Layton : (613) 720-6463.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagez cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Nos brèves

Conférence, 7 mars : Quel avenir pour les droits humains au Proche-Orient ?

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Environnement

Le bolsonarisme et l’institutionnalisation de l’absurde

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca