Il est temps de mettre fin au caractère colonial de la loi sur les mines

vendredi 13 août 2010, par Amir Khadir

Amir Khadir, député de Québec solidaire, tient à offrir son soutien à Ken Massé, qui s’est opposé jusqu’au bout à l’expropriation de sa maison. Au lendemain de l’expulsion par la force de M. Massé, propriétaire de la dernière des 200 résidences devant être déplacées à Malartic, le député de Mercier dénonce la situation dans laquelle se trouvent les citoyens face aux puissantes compagnies minières que le gouvernement laisse agir à leur guise, en toute impunité.

Amir Khadir prendra la parole sur le question des mines au Journées alternatives 2010 le 28 août prochain. RÉSERVEZ MAINTENANT !


"L’expulsion manu militari de Ken Massé à la porte de son domicile illustre, selon Québec solidaire, ce qu’est réellement une entente de gré à gré avec les compagnies minières, au Québec, en 2010. La loi des mines n’offre aucune protection, aucun droit aux citoyens. Son esprit date du temps de la colonie et est indigne d’une société moderne comme le Québec. Les citoyens sont laissés à eux-mêmes, sans support juridique minimal pour affronter en négociation la batterie d’avocats de compagnies milliardaires. Le cas de Ken Massé démontre ce qui attend ceux qui ne veulent pas se plier aux exigences des compagnies minières, lorsque le gouvernement ne prend pas ses responsabilités. C’est le genre de situation qui fait dire aux gens d’Abitibi que la loi des mines est au dessus de la loi divine !" déplore Amir Khadir.

Au-delà du cas particulièrement honteux de la loi des mines, "le message lancé par le gouvernement Charest qui reste indifférent à l’expulsion de Ken Massé est que le peuple doit se plier aux conditions posées par les grandes entreprises. Le choix qu’on laisse aux gens qui habitent un territoire visé par un méga-projet, c’est signez ici ou bien les tribunaux et la police régleront notre problème" dénonce M. Khadir, pour qui "les dés sont pipés en faveur des puissantes compagnies minières et les citoyens n’ont pas de choix réel."

Des projets aussi inacceptables que celui de la compagnie minière Osisko se multiplient au Québec et, dans tous les cas, les tribunaux et les pouvoirs publics penchent en faveur des promoteurs. Dans les cas du pipeline St-Laurent, projeté entre Lévis et Montréal Est ou encore dans celui de l’exploration et de l’exploitation des gaz de schistes dans les basses terres du St-Laurent, la stratégie des compagnies est fort semblable : faire miroiter des retombées souvent dérisoires pour les communautés en insistant sur les emplois créés et les taxes récoltées, dans des régions parfois en crise. Ensuite, diviser les communautés en faisant signer des ententes à la pièce, en court-circuitant les élus locaux. Enfin, présenter les citoyens qui s’opposent comme des empêcheurs de tourner en rond, tenter de miner leur crédibilité et enfoncer le clou à l’aide des tribunaux.


Voir en ligne : Échos des lecteurs

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

ALTERNATIVES

À Noël, pensons aussi à celles et ceux qui fabriquent les cadeaux

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

JA2010

Les mines : contexte colonialiste et lentes avancées parlementaires

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca