Huit ans plus tard

jeudi 30 novembre 2006

Le 9 mars 1998, le dominicain Ramon Mercedes embarque clandestinement à bord d’un navire qui se rend à Port-Alfred, au Saguenay. Vêtu d’un mince coupe-vent, chaussé d’une paire d’espadrilles, le malheureux n’a aucune idée du froid qui va bientôt régner dans la cale du navire, en plein hiver. À son arrivée au Saguenay, neuf jours plus tard, le malheureux est à moitié mort de froid.

Transporté d’urgence à l’Hôtel-Dieu de Montréal, Ramon Mercedes doit être amputé des deux pieds. Mais pour lui, le cauchemar ne fait que commencer. Dix jours après l’opération il est renvoyé, menottés, en République Dominicaine.. Au terme de ce qui reste l’une des pages les moins glorieuses de l’immigration au Canada, il sera même abandonné à lui-même sur la piste d’atterrissage de l’aéroport de Santo Domingo, sans soins, les moignons sanguinolents.

Huit ans plus tard, Ramon Mercedes attend toujours une opération qui lui permettrait de porter des prothèses et de marcher à nouveau. Son histoire scandaleuse a été remise à l’ordre du jour par le documentaire Partir ou mourir, de la réalisatrice Raymonde Provencher.
Une campagne de levée de fond se déroule actuellement pour financer l’opération, les prothèses et la réadaptation de M. Mercedes.


Informations : Campagne CANA - Partir ou mourir en faveur de Raymond Mercedes, (514) 382-0735 ; infocana@cana-montreal.org www.ramonmercedes.com

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 13 - No. 04

Mince lueur d’espoir pour les sidéens d’Afrique du Sud

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca