Honduras : Zelaya se rapproche, mais à quel prix ?

samedi 7 novembre 2009, par Michel LAMBERT

Au moment d’écrire ces lignes, les négociations entre les troupes du putschiste Micheletti et celles fidèles au président élu Manuel Zelaya semblent une nouvelle fois rompues au Honduras. Un accord prévoyant la création d’un gouvernement d’unité nationale, intégrant les putchistes et excluant toujours Manuel Zelaya de la présidence était pourtant sur la table jusqu’au 6 novembre. Mais en claquant la porte, le président élu réaligne sa position sur celle du Front de résistance qui, de la rue, réaffirme que les conditions de la restitution du pouvoir au président ne sont pas négociables !

Un virage à gauche

Instrumenté par les secteurs réactionnaires de la société hondurienne (l’armée, l’Eglise, le pouvoir judiciaire, les grands médias, la bourgeoisie) et le Pentagone, le coup d’État du 28 juin dernier visait notamment à faire renverser le processus de réformes sociales et politiques engagées par un président à l’origine libéral qui, confronté aux pressions syndicales et sociales, à une inflation exponentielle et aux baisses répétés de la « valeur » des produits d’exportation honduriens, avait lancé en 2008 et 2009 une série de mesures progressistes en faveur des travailleurs et des plus pauvres.

En juillet 2008, lors des célébrations du 29e anniversaire de la révolution sandiniste au Nicaragua, il annonce l’intention du Honduras de rejoindre l’Alternative bolivarienne pour les peuples des Amériques – l’ALBA – constituée entre autres par la Bolivie, Cuba, l’Équateur, le Nicaragua et le Venezuela. En novembre de la même année, il force la main de celui que les putschistes devaient choisir pour le remplacer pour que son pays adhère à PetroCaribe, une initiative vénézuélienne pour fournir du pétrole aux pays de la région à un prix inférieur au prix du marché mondial. La veille de Noël 2008, après avoir abaissé les taux usuraires des banques et créé des programmes de subventions aux petits producteurs agricoles, Zelaya complète son virage à gauche en proclamant l’augmentation de 60% du salaire minimum. Loin de se réjouir, les entreprises nationales et étrangères, notamment américaines, qui jusque là utilisent l’excuse de la crise financière pour geler les salaires à leur plus bas et maintenir leurs marges de profits, prophétisent une nouvelle ère de cataclysmes dans le secteur privé. Selon eux, ces nouvelles mesures ne pourront qu’engendrer des mises à pied de travailleurs, des fermeture et déménagements d’entreprises, etc

En mai, Zelaya commet sans doute l’impair le plus important lorsqu’il dévoile sont intention de transformer la base militaire américaine de Soto Cano, base d’opération des Etats-Unis durant la guerre des contras au Nicaragua dans les années 80, en aéroport international ! La perspective de la fin de la présence militaire états-unienne dans la région a selon toute vraisemblance incité le président Obama à mettre fin aux ambitions de Manuel Zelaya.

Résistances populaires et pressions internationales

Le 21 septembre, soutenu par le Brésil de Lula, Zelaya est de retour à Tegucigalpa, capitale hondurienne, et le pouvoir se lance dans une nouvelle vague de répression. Pourtant, les marches, barrages, événements de protestation et les regroupements de masses se généralisent à travers tout le pays. Le Front de résistance annonce très clairement ses objectifs qui sont la restauration de la présidence légitime de Zelaya ; la mise en place d’une Assemblée Constituante et la réforme de la Constitution pour la construction d’une démocratie réelle, populaire et souveraine.

Poussé notamment par l’ONU qui avait annoncé la suspension de l’assistance technique à l’organisation d’élections au Honduras et par l’Organisation des Etats Américains (OEA), laquelle avait affirmé quelle n’allait pas reconnaître les élections du 29 novembre prochain ; le gouvernement putschiste fut finalement contraint à s’asseoir à la table de négociations. On peut sans doute conclure que c’est Washington qui aura finalement imposé le processus de médiation « mené » par le président Oscar Arias du Costa Rica, un fidèle allié.

Si le Front de résistance demeure inflexible : « la seule chose que nous pouvons négocier avec le gouvernement de facto est la fixation de la date de leur retrait du pouvoir et du retour immédiat des militaires dans leurs casernes ! » ; l’accord de Tegucigalpa/San Jose que les putchistes et leurs alliés continuent de vouloir imposer aux représentants de Zelaya par la mise en place d’une gouvernement « d’unité », sans Zelaya, pourrait bien signifier un retour en arrière pour nombre des politiques progressistes mises en vigueur dans les derniers mois.


Michel Lambert est directeur général de l’organisation Alternatives

À propos de Michel LAMBERT

Directeur Général

Co-fondateur d’Alternatives, et actuel co-Président de l’AQOCI, Michel Lambert est convaincu de l’importance de regrouper les groupes et organisations de la société civile, ici et ailleurs pour promouvoir les principes démocratiques, l’égalité et l’équité pour tous.

Il a tour à tour développé plusieurs des programmes de solidarité internationale d’Alternatives en plus de lancer et animer de multiples campagnes de justice sociale au Québec et au Canada. Il a dirigé l’antenne d’Alternatives en République démocratique du Congo entre 2002 et 2005 avant de prendre la direction de l’organisation en 2007.

Michel Lambert est membre du Conseil de Gouvernance d’Alternatives International et du Conseil d’administration d’Alliance syndicats et tiers-monde. Il a aussi été membre des Conseils de l’Agence québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI) entre 2009 et 2013, de l’Association pour le progrès des communications (APC) entre 2008 et 2011 et de Food Secure Canada entre 2009 et 2012

Il représente enfin Alternatives au Conseil International du Forum social mondial et au sein de diverses coalitions québécoises et canadiennes dont notamment, les coalitions Pas de démocratie sans voix, Voices/voix et le Réseau québécois de l’intégration continentale - RQIC.

Michel Lambert a joué un important rôle de mobilisation et de construction lors du récent Forum social des peuples tenu à Ottawa en aout 2014

Suivez Michel Lambert sur le Journal des alternatives , le Huffington Post Québec , Rabble.ca ou sur Tweeter

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Michel Lambert

A Baghdad, le Forum Social retrouve toutes ses lettres de noblesse

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Michel LAMBERT

Qu’est devenue la Ville sanctuaire ?

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Honduras

Dix ans après le coup d’État, le Honduras forcé à migrer

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca