Harper, Chine et gaz de schiste

mercredi 5 novembre 2014, par Denise Campillo

Le Premier ministre du Canada, Stephen Harper, retourne en Chine une troisième fois pour négocier des ententes commerciales. C’est une bonne nouvelle : peut-être ainsi pourrons-nous importer des aliments de Chine pour ne pas mourir de faim !

Pourquoi ce scénario catastrophe ? Parce que, alors que le gouvernement fédéral veut nous imposer des oléoducs pour désenclaver la production de pétrole des sables bitumineux, le gouvernement provincial, de son côté, recommence à flirter avec les gazières pour nous imposer l’exploitation du gaz de schiste.

Et exploiter le gaz de schiste, c’est mettre en péril l’agriculture québécoise. Faut-il encore dire pourquoi ?

Parce que les gisements correspondent étroitement aux seules zones cultivables du Québec : la vallée du Saint-Laurent. Parce qu’autoriser les forages, c’est ouvrir notre territoire à la dévastation qu’on observe aux États-Unis dans les zones d’exploitation gazière : perte de territoire agricole, pollution des nappes phréatiques, épuisement des ressources en eau, contamination de l’air, perte de valeur des propriétés, perturbations sociales...

Si nous nous y opposons, c’est aussi parce que prendre le virage du gaz de schiste, c’est poursuivre sur la voie sans issue de l’exploitation des hydrocarbures fossiles qui accélère les dérèglements climatiques. C’est investir dans une perspective de développement totalement dépassée et rétrograde au lieu de miser sur les atouts qui vont assurer notre avenir local en préservant celui du reste du monde : les ressources renouvelables – des terres agricoles saines et des écosystèmes sains en font partie – et la créativité !

Monsieur Harper, monsieur Couillard, mesdames et messieurs les décideurs du monde économique et financier, ne vous méprenez pas : les citoyens que vous êtes censés représenter veillent au grain. Comme en témoignent les 30 000 nouvelles signatures de la campagne « Vous n’entrerez pas chez nous ! » qui doivent être déposées à l’Assemblée nationale le 6 novembre, ils se mobilisent pour défendre les « vraies affaires » : notre avenir à tous.


Denise Campillo est membre du Comité de vigilance gaz de schiste de Roxton Falls

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Opinions

Une prédiction sur le grand gagnant de l’élection 2019

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Canada

Dix ans après le coup d’État, le Honduras forcé à migrer

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca