Filmer la guerre… pour revendiquer la paix

mardi 27 mai 2003, par Karine PROJEAN

Plusieurs films, une même préoccupation : porter à l’écran les effets dévastateurs de la guerre sur les populations. Véritable alliance de l’art du documentaire et de la politique, les oeuvres du cinéaste québécois Martin Duckworth lui ont récemment valu le titre d’Artiste québécois de la paix 2002.

« C’est de mes parents que vient ma passion pour le mouvement pacifique », affirme-t-il d’entrée de jeu. Sa mère, la militante Muriel Duckworth, a joué un rôle d’avant-plan dans la fondation de l’organisation La Voix des femmes canadiennes pour la paix, une organisation non gouvernementale fondée en 1960 qui a pour but la promotion de la paix et du désarmement auprès du gouvernement canadien. Documentariste, réalisateur et caméraman indépendant depuis 1970, Martin Duckworth s’est vu décerner plusieurs récompenses un peu partout à travers le monde. Parmi les 26 documentaires qu’il a réalisés, mentionnons notamment Armé pour la paix. Point de vue sur la guerre du Golfe, regard critique sur la Seconde Guerre mondiale, la guerre du Golfe et la participation des soldats canadiens dans cette lutte menée par les Américains, Retour à Dresden, qui retrace l’histoire d’un ami retourné dans une ville allemande qu’il a bombardé pendant la Seconde Guerre mondiale, et Plus jamais d’Hibakusha !, un film touchant sur les survivants de la bombe atomique d’Hiroshima. À travers les témoignages des victimes de la guerre, Martin Duckworth porte à l’écran ses convictions pacifiques et le sentiment d’impuissance des victimes de la guerre. En tant que cinéaste, il considère avoir « l’obligation d’utiliser [ses] talents et aptitudes pour immuniser et socialiser le monde, ce qui est assez difficile sous l’empire américain ».

Les femmes jouent un grand rôle dans la vie de Martin Duckworth. Sa compagne représente d’ailleurs la famille au sein du Collectif Échec à la guerre. Selon le cinéaste, « les femmes sont plus efficaces dans le mouvement de gauche parce qu’elles combinent la compréhension, l’articulation et la compassion dans un meilleur équilibre que les hommes en général ».

Après ses débuts à l’Office national du film (ONF) en 1963, il est rapidement devenu cinéaste indépendant. Il est pigiste depuis maintenant 33 ans, « une situation qui [l’]a rendu plus proche du monde ordinaire, dans leur lutte pour la survie économique ». Il rappelle qu’il est difficile de vivre comme pigiste, mais que cette situation le place dans la position de la majorité. « On est dans la même lutte que le reste du monde, pour gagner un meilleur mode de vie et de redistribution des richesses. »

Il est également difficile de gagner sa vie en tant qu’artiste, sans avoir au moins une autre source de revenus. Beaucoup gagnent leur vie grâce à l’art thérapeutique, une réalité qu’il a découvert lors du tournage du documentaire Les yeux du cœur en 1994. Pour arrondir les fins de mois, il est également directeur photo et enseigne la production cinématographique à l’Université Concordia. Sa nomination d’Artiste québécois de la paix 2002, faisant suite, entre autres, à celles de Simone Monet-Chartrand et Marcelle Ferron, a été un honneur pour Martin Duckworth. Celui qui a grandi dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce à Montréal était particulièrement fier d’être reconnu comme membre de la communauté artistique québécoise .

Le cinéaste a récemment filmé les manifestations montréalaises contre la guerre en Irak et a l’intention de monter un film sur le sujet avec Louise Lemelin, une autre réalisatrice québécoise. Les temps changent, mais pour Martin Duckworth, le message de paix demeure le même.


Karine Projean, collaboration spéciale

Il est possible de visionner les films de Martin Duckworth à la Cinérobothèque de l’Office national du film à Montréal. Pour plus d’information : www.nfb.ca

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 09 - No. 09

La douloureuse blessure cubaine

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Karine PROJEAN

Demanding peace, one film at a time

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4

Articles sur le même sujet

Canada

La gentrification à Parc-Extension : conséquences et pistes de solution

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca