Entrevue à pas feutrés

mercredi 22 octobre 2003, par France-Isabelle LANGLOIS

Photo : © Laura Vonrosk

Auteur méconnu au Québec - comme nombre de ses compatriotes -, Douglas Glover est pourtant un romancier très respecté au Canada anglais. Ses œuvres sont traduites en plusieurs langues et ont été couronnées de récompenses littéraires.

L’auteur est reconnu pour ses histoires farfelues, ses personnages bizarroïdes. Son dernier roman, Le pas de l’ourse (Elle, en anglais), ne fait pas exception. Celui qui dit avoir été profondément marqué par les écrits de Jacques Godbout et d’Hubert Aquin, dit aussi écrire « comme il écrit. Je ne joue pas de jeu commercial. »
Douglas Glover est originaire de l’Ontario, mais vit depuis plusieurs années dans l’État de New York.

Lorsqu’il écrit, le Canada se rappelle à lui. Cette fois, c’est la part francophone, voire française, de ce pays incongru qui a attiré l’imaginaire de Glover. « J’ai essayé de revisiter l’histoire du Canada, à travers un prisme qui nous la montre beaucoup plus complexe que la simple dualité qui nous a été enseignée à l’école. »

Marguerite de Roberval, nièce du sieur de Roberval, grand explorateur du Canada au XVIe siècle, est abandonnée sur une île à l’embouchure du fleuve Saint-Laurent, en raison de sa sexualité débridée. Elle survivra. Cette histoire aux allures de légende est pourtant tout ce qu’il y a de plus vraie. Voilà le point de départ du roman de Douglas qui ne nommera jamais son personnage, « parce qu’elle n’a pas de nom. D’une certaine façon, elle est une marginale, d’abord simplement parce qu’elle est femme. Elle lit beaucoup, alors elle est ouverte au monde. Elle est au commencement du Canada, mais ne sera jamais vraiment à l’intérieur [ni géographiquement ni historiquement]. Le Canada et une femme sont au commencement d’un nouveau roman. »

Le pas de l’ourse présente un univers enneigé, irréel et suspendu, troublant aussi, sans trop que l’on sache pourquoi, dont il faut s’imprégner. « Je me sens très impertinent d’avoir osé écrire sur l’histoire française du Canada », laisse échapper, en guise de conclusion, Douglas Glover.

LE PAS DE L’OURSE, Douglas Glover, traduit de l’anglais par Paul Gagné et Lori Saint-Martin, Montréal, Éditions du Boréal, 2003, 240 pages.

F.-I. L..

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 10 - No. 03

Le controversé pari de la Turquie

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

France-Isabelle LANGLOIS

Militante pour la vie

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Canada

Dix ans après le coup d’État, le Honduras forcé à migrer

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca