Encore des assassinats de syndicalistes en Colombie

lundi 6 avril 2009

Les assassinats de leaders et militants syndicaux et la violence contre le syndicalisme se poursuivent malgré les affirmations contraires des autorités colombiennes. Ramiro Cuadros Roballo, Walter Escobar Marín, José Alejandro Amado Castillo et Alexander Pinto Gómez ont été assassinés au cours du mois de mars, ce qui porte à huit le nombre de syndicalistes assassinés en 2009.

Ramiro Cuadros Roballo, un membre du syndicat SUTEV (Sindicato de Maestros del Valle), une filiale de la FECODE (Federación Colombiana de Docentes) active dans le département de Valle del Cauca, recevait des menaces depuis plusieurs années, lesquelles ont pris une nouvelle dimension à la fin de l’année dernière. Les plaintes appropriées avaient été déposées auprès des organismes compétents et devant le Comité de Amenazados y Desplazados del Valle (Commission des personnes menacées et déplacées du département de Valle del Cauca) qui avait étudié son cas, puisque le professeur Cuadros Robayo avait appliqué la procédure prévue par le décret n° 3222 de 2003 afin de lui accorder le statut d’enseignant menacé. Le 24 mars, alors qu’il se préparait à prendre sa voiture pour se rendre à son travail, il a été abordé par quelques individus qui lui ont tiré dessus avant de prendre la fuite.

Walter Escobar travaillait dans l’établissement d’enseignement « José María Carbonell », à Cali (département de Valle del Cauca). On ignore encore les circonstances de son assassinat, son cadavre ayant été découvert dans la commune de Palmira le 21 mars. Cela faisait huit jours qu’il n’était pas apparu à son travail.

José Alejandro Amado Castillo et Alexander Pinto Gómez, qui travaillaient au Centre pénitentiaire de haute et moyenne sécurité de Girón Santander, ont également été assassinés au mois de mars. En rentrant chez eux à bord d’un véhicule officiel, ils ont été assassinés par des tueurs à gages qui se déplaçaient en moto. Tous deux étaient membres de l’ASEINPEC (Association syndicale des employés de l’INPEC (Instituto Nacional Penitenciario y Carcelario)), une organisation affiliée à la CGT.

Dans une lettre adressée au Président Uribe, Guy Ryder, Secrétaire général de la CSI, exhorte le gouvernement colombien et le Bureau du procureur général à ouvrir une enquête exhaustive afin de faire la lumière sur ces affaires et que des sanctions exemplaires soient prises à l’encontre des auteurs matériels ou intellectuels de ces crimes. Guy Ryder a déclaré qu’il était d’une importance capitale « de faire une bonne fois pour toutes le nécessaire pour mettre fin à cette longue liste d’assassinats qui frappent depuis bien trop longtemps le syndicalisme colombien ».


Source : legrandsoir.info

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Articles de l’extérieur

Poing de fer contre la défense de la santé et de l’éducation publique

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Autres articles

Le Canada va accroître son appui à l’impérialisme français au Mali

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca