En direct du Pakistan

samedi 30 août 2003, par Catherine Pappas

Quetta, été 2003 - Quelque temps après l’attaque du Hazara Imam Bargah, une mosquée chiite du centre de la capitale de la province du Baloutchistan, au sud-ouest du Pakistan, à environ 60 kilomètres de la frontière afghane.

Sur le sol et les murs de la mosquée, on aperçoit encore les traces laissées par l’attentat. Les vitres transpercées par les balles. Puis, une montagne de chaussures pêle-mêle, des cartes d’identité, des photos, des effets personnels. Et les tapis de prière tachés de sang.

Rehman, un jeune étudiant en informatique qui, lors des événements, a réussi à trouver refuge derrière une colonne en marbre, relate les incidents de cette journée sanglante : « C’était vendredi, à l’heure de la prière de la mi-journée qui, dans la semaine, rassemble le plus grand nombre de fidèles. Il y avait quelque 2 000 personnes. Trois hommes se sont introduits dans la mosquée, ont lancé des grenades et ouvert le feu sur la foule. L’attaque a fait plus d’une cinquantaine de morts et autant de blessés. S’ils avaient réussi à faire déflagrer toutes les bombes… , soupire-t-il. Je n’ose même pas imaginer le bilan. »

Puis, quelqu’un me présente un tract retrouvé dans un séminaire sunnite, distribué à la grandeur du pays, où l’on peut lire : « Les chiites ne sont pas des musulmans, alors traitons les comme des non-musulmans. » Exemple de la propagande haineuse que distillent certains milieux religieux.

Depuis la seconde moitié des années 1990, les violences communautaires entre sunnites et chiites ont déchiré le pays. Pour la province du Baloutchistan, reconnue jusqu’ici pour sa tolérance, de tels actes de violence sectaire constituent un phénomène nouveau. Il s’agit néanmoins du deuxième attentat en moins d’un mois. Le 8 juin, 12 élèves policiers de la communauté Hazara ont été tués lors de l’attaque de leur véhicule dans le centre de la ville. Au Pakistan, la minorité chiite représente environ 20 % des 145 millions de Pakistanais, musulmans à 97 %.

Rehman évoque l’implication de certains partis religieux, l’intervention des services secrets pakistanais, l’incapacité du gouvernement d’assurer la sécurité de ses citoyens, la corruption de la police et l’obscurantisme d’un système discriminatoire instauré au temps de la dictature de Zia-ul-Aq, le général qui a dirigé le pays d’une main de fer jusqu’à sa mort en 1988.

À Islamabad, on parle plutôt de la « main de l’étranger », de l’appui de mercenaires indiens, iraniens ou afghans. Et ainsi, les accusations s’entrechoquent pour masquer le malaise intérieur et détourner l’attention d’une politique nationale déficiente et d’un gouvernement qui n’est pas en mesure de maîtriser la menace intérieure.

Au loin, Quetta inquiète. Tandis que de nouvelles frontières se dressent entre les communautés religieuses du pays, à l’heure du couvre-feu décrété par le gouvernement central, les jeunes prennent d’assaut les rues du centre-ville pour jouer au cricket et narguer l’armée.

Catherine Pappas, journal Alternatives


L’auteure est chargée de projets pour l’Asie centrale à Alternatives.

Bas de vignette photo : L’attentat d’une mosquée chiite dans le sud-ouest du Pakistan, qui a fait au moins 48 morts et 65 blessés, a fait la une des journaux pendant plusieurs jours.

À propos de Catherine Pappas

Moyen-Orient

Catherine Pappas travaille avec Alternatives depuis 1997. D’abord responsable des stages internationaux, elle coordonne ensuite plusieurs projets de solidarité et de droits humains au Pakistan, en Afghanistan, au Soudan et en Palestine.
Diplômée en communication de l’Université du Québec À Montréal, Catherine Pappas a également travaillé comme cinéaste, recherchiste et photographe sur des documentaires photographiques et cinématographiques avec l’Office national du film (ONF) du Canada, Radio-Canada ainsi que plusieurs boîtes de production indépendantes. Ses réalisations en cinéma et en photo ont mérité la reconnaissance du milieu (concours Lux, Prix Jutra).

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 10 - No. 01

Le désordre irakien vu de l’intérieur

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Catherine Pappas

La Pologne, l’extrême droite et la chasse aux champignons

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca