Du Forum Social Mondial au Festival des Solidarités

lundi 3 juin 2013, par Michel LAMBERT

Les changements climatiques sont réels et contribuent déjà à des centaines de milliers de morts annuellement. Typhons meurtriers aux Philippines, chaleurs extrêmes en Australie, ouragan sans précédent aux États-Unis et en Haïti ; les cas se multiplient sans cesse.

Ces scientifiques qu’on cherche de plus en plus à museler ont démontré que, pour avoir une chance d’inverser un processus qui nous mène droit au chaos climatique, nous devons laisser les réserves d’énergies fossiles restantes dans le sol. Pourtant, les gouvernements et les multinationales continuent de forer toujours plus profond pour extraire des énergies fossiles. Pour changer notre futur, nous devons passer à l’action.

C’est ainsi qu’en association avec un large réseau de groupes et réseaux écologistes et sociaux, Alternatives a organisé, lors du FSM de Tunis, le premier « Espace Climat » avec l’objectif d’aller au-delà de nos stratégies habituelles et voir comment nous pouvons gagner des victoires concrètes sur le terrain en travaillant ensemble, de façon horizontale et en amalgamant les acteurs, anciens et nouveaux, en liant les luttes sociales avec les luttes environnementales, en regroupant les syndicats, paysans, femmes, Indiens, migrants, organisations communautaires, indignés, mouvements Occupy, Idle No More et les activistes pour le climat. Cette expérience a reconfirmé un constat qui doit être de plus en plus assumé par tous et toutes : la lutte environnementale est au début, au centre et à la fin des grands enjeux de l’heure.

Devant l’obstination des gouvernements et des entreprises extractives à ne maintenir que le statu quo et à préserver leur modèle de développement axé sur la exploitation in extenso du vivant, la résolution de cette crise implique un changement important dans notre modèle économique qui exige la convergence du plus grand nombre d’acteurs sociaux et citoyens, partout sur la planète.

C’est dans ce contexte que, de retour au pays, Alternatives propose un Festival des solidarités 2013, qui veut justement mettre de l’avant ces débats ; lesquels sont au cœur de nos grands enjeux de l’heure. Le « plus beau pays du monde » est le champion incontesté de l’exploitation sauvage de ce qui se trouve dans le sous-sol de la planète. Écosystèmes affaiblis, droits démocratiques bafoués pour faire place aux entreprises, communautés autochtones chassées de chez elles. Au Québec et au Canada, nous avons la responsabilité commune d’agir maintenant pour les générations futures d’ici comme d’ailleurs.

Heureusement, les mobilisations et les solidarités sont elles aussi de plus en plus nombreuses. Ici, les autochtones et les non-autochtones s’allient de plus contre ces projets destructeurs : pipelines, sables bitumineux et gaz de schiste suscitent une indignation grandissante. Au Nord comme au Sud, les populations locales contestent les abus des minières canadiennes, allant parfois jusqu’à reprendre le contrôle de leurs ressources communes. Partout, la défense du patrimoine commun s’organise.

Ainsi, Alternatives profite de ce numéro spécial "Retour sur le Forum Social Mondial de Tunis" pour du même coup vous inviter à son Festival des Solidarités 2013, qui sera l’occasion de renforcer et de célébrer ces luttes plus cruciales que jamais, alors que la menace de la crise écologique nous impose de réfléchir en profondeur sur notre manière de vivre, de produire et de consommer. S’il est un moment où le débat doit être fait sur ce modèle de développement basé sur la destruction des écosystèmes, c’est maintenant.

Bon festival !


Voir en ligne : Festival des solidarités


Crédit illustration : Alternatives

À propos de Michel LAMBERT

Co-fondateur en 1994 puis Directeur général d’Alternatives entre 2007 et 2020, Michel Lambert fut Président de l’Association québécoise des organismes de coopération internationale de 2017 à 2020. Il a travaillé au rapprochement des groupes et organisations de la société civile, d’ici et d’ailleurs pour la promotion des principes de la démocratie, de l’égalité et de l’équité pour tous.

Il a tour à tour développé plusieurs des programmes de solidarité internationale d’Alternatives en plus de lancer et animer de multiples campagnes de justice sociale au Québec et au Canada. Il a dirigé l’antenne d’Alternatives en République démocratique du Congo entre 2002 et 2005 avant de prendre la direction de l’organisation en 2007.

Michel Lambert fut membre du Conseil de Gouvernance d’Alternatives International , du Conseil d’administration d’Alliance syndicats et tiers-monde. Il a aussi été membre des Conseils de l’AQOCI entre 2009 et 2013, de l’Association pour le progrès des communications (APC) entre 2008 et 2011 puis entre 2017 et 2020 et de Food Secure Canada entre 2009 et 2012

Il a représenté Alternatives au Conseil International du Forum social mondial et au sein de diverses coalitions québécoises et canadiennes dont notamment, les coalitions Pas de démocratie sans voix, Voices/voix. le Réseau québécois de l’intégration continentale - RQIC et plus récemment au comité de coordination du Front commun pour la transition énergétique .

Michel Lambert a joué un important rôle de mobilisation et de construction lors du Forum social des peuples tenu à Ottawa en août 2014 .

En 2018, il confondait Cultiver Montréal, le réseau des agricultures montréalaises.

En 2020, il a contribué à la création du FISIQ, le Fonds d’investissement solidaire international du Québec.

Suivez Michel Lambert sur Twitter

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagez cet article sur :

  •        

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca