Droits et Démocratie doit demeurer indépendant et non partisan

jeudi 30 septembre 2010

À la lumière de la nomination de M. Stéphane Bourgon au poste de directeur des communications, relations gouvernementales et planification stratégique à Droits et Démocratie, nous, organisations de la société civile, qui souhaitons défendre la liberté d’expression et la démocratie, sommes extrêmement préoccupées par la poursuite des nominations partisanes au sein de cet organisme.

Rappelons que la crise qui secoue Droits et Démocratie a été initiée par une politisation indue du Conseil d’administration, dont plusieurs membres sont reconnus pour être d’allégeance conservatrice et allianciste. En mars dernier, le gouvernement fédéral nommait Gérard Latulippe président de Droits et Démocratie. Est-il besoin de rappeler que M. Latulippe, ex-candidat de l’Alliance canadienne, a été le lieutenant québécois du chef de l’Alliance de l’époque, Stockwell Day. Aujourd’hui, la chaîne des nominations partisanes du gouvernement se poursuit avec la nomination de M. Bourgon, ancien candidat conservateur dans la région de Montréal (Repentigny). M. Bourgon est un avocat spécialisé dans la défense de dirigeants accusés de crimes de guerre et de génocide.

Bien que la fonction d’avocat de la défense dans des procès de crimes contre l’humanité soit essentielle, cette nomination indique un manque de sensibilité quant à un volet important de l’action de Droits et Démocratie et peut envoyer un message pour le moins ambigu aux organisations de défense des femmes et enfants victimes de violence sexuelles qui comptent sur le soutien de Droits et Démocratie. Au-delà des compétences professionnelles de M. Bourgon, nous nous demandons comment Droits et Démocratie pourra continuer à promouvoir les pratiques démocratiques à travers le monde alors qu’il lui est impossible d’en assurer le respect au sein même de l’organisation.

Droits et Démocratie doit demeurer une organisation indépendante et non partisane comme le veut son mandat confirmé par le Parlement canadien lors de sa création. Il en va de la crédibilité même de l’organisme ici et auprès de ses nombreux partenaires étrangers. Il en va également de la vitalité de nos instances démocratiques selon le principe de la saine gouvernance. Il est plus que temps de rectifier le tir à Droits et Démocratie.  

Le comité de coordination de la Coalition Pas de démocratie sans voix !


Alternatives est une membre du comité de coordination de la Coalition "Pas de démocratie sans droit"

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

ALTERNATIVES

À Noël, pensons aussi à celles et ceux qui fabriquent les cadeaux

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Démocratie

Bilan du 8e Sommet des Amériques

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca