Des organisateurs pour la Justice Climatique "Fracassent" la conférence annuelle des producteurs de pétrole de gaz au Québec

mardi 26 octobre 2010

L’extraction du gaz de schiste n’est pas bienvenu au Québec

Montréal - Ce matin du 26 octobre 2010, des organisateurs de Justice Climatique Montréal ont mis en place une unité de fracturation hydraulique, pour l’extraction du gaz de schiste à l’entrée de l’hôtel Reine Elizabeth - le site de la conférence annuelle de l’Association Pétrolière et Gazière du Québec.

"L’extraction du gaz naturel à partir des gisements de schiste, c’est vraiment le fond du baril en tant qu’énergie sale", a déclaré Catherine Thibault, une organisatrice de Justice Climatique Montréal. "Nous voyons déjà ce que donne l’exploitation du gaz de schiste au États-Unis et du Canada : de l’eau empoisonnée, de l’air toxique et des terres détruites, qui laisse tout et tout le monde malade. Nous devons les arrêter avant que cela arrive au Québec. "

Les organisateurs, habillés en travailleurs de la construction ont installé une fausse plate-forme d’extraction de gaz et y ont accroché une bannière proférant : "Les Gaz de Schiste sacrifient L’air, L’eau et la vie sur terre", tandis que d’autres, maquillés et en robes d’hôpital, représentaient les membres des communautés qui seraient directement touchées par l’extraction - malades et mourants.

Partout aux États-Unis et dans un certain nombre de communautés canadiennes, la fracturation hydraulique à été liée à la contamination mortelle de l’eau, à la pollution de l’air et à la toxification des nappes phréatiques et des terres. Plus de 596 produits chimiques, y compris des centaines de substances cancérigènes, sont mélangés avec des centaines de litres d’eau pour être utilisés dans le processus de fracturation, dont une grande partie est laissée dans le sol.

Les organisateurs ont également souligné le danger que cette exploitation représente pour l’ensemble du bassin du Saint-Laurent.
 
"Toutes nos communautés sont tributaires de cette rivière", a expliqué Fenton. "L’exploitation du gaz de schiste menace l’eau potable de tous les individus au Québec ; ça devrait être une raison suffisante pour l’arrêter maintenant et pour toujours."

- 30 -

Media Contacts
Email : climateactionmtl@gmail.com
Kawina Robichaud (FR) 514-701-9243
Cameron Fenton (EN) - 514-467-6413


Voir en ligne : Les photos de l’activité

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Publications

Notre maison brûle et nous regardons ailleurs !

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Québec

La gentrification à Parc-Extension : conséquences et pistes de solution

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca