Deltell prêt à « bulldozer » les verts

lundi 23 août 2010, par Michel A. Duguay

Le 21 août 2010 le Journal de Québec mettait à la une ce gros titre accompagné de la photo de Gérard Deltell. À la page 21 la journaliste Geneviève Lajoie exposait le point de vue du député ADQ de Chauveau sous le titre : "Oui à l’exploration de l’uranium et du pétrole’". Mme Lajoie écrit : "Selon lui, un parallèle doit être fait avec les grands travaux de la Baie-James, une fierté pour les Québécois qui a été possible grâce au courage du gouvernement du Québec, il y a 40 ans>".

Je tiens à rappeler que c’est Robert Bourassa qui en 1971 avait décidé de ne pas développer massivement l’énergie nucléaire, ce que René Levesque appuyait à l’époque, et de plutôt développer les grandes ressources hydro-électriques du nord du Québec. Est-ce que M. Deltell veut maintenant développer massivement l’exploitation de l’uranium et des réacteurs nucléaires ? Je signale à M. Deltell que l’Ontario a décidé cette année de ne pas reconstruire les quatre réacteurs nucléaires à la centrale Pickering B près de Toronto. De plus l’Ontario investit 8 milliards de dollars dans les énergies renouvelables.

Pour ce qui est des gaz de schiste dans la vallée du Saint-Laurent, est-ce que M. Deltell a en main des études sur les impacts environnementaux de la fracturation à grande échelle du sous-sol québécois ? Est-ce que les fuites inévitables de gaz naturel émis par les schistes fracturés ne viendront pas accélérer le changement climatique ? Est-ce que M. Deltell a en main une étude économique indépendante de l’industrie gazière ? Le Québec se chauffe principalement à l’électricité, que nous avons en surplus en ce moment. Il n’est pas évident que le gaz de schiste québécois pourra déplacer notre électricité hydro-électrique, ou se vendre aux États-Unis qui possèdent de grandes réserves de gaz de schiste.

Des groupes écologistes demandent un moratoire sur l’exploration de l’uranium, des gaz de schiste et du pétrole dans le golf du Saint-Laurent afin de préserver le bel environnement naturel que nous possédons maintenant et qui est menacé par des aventuriers qui veulent <>.


Michel Duguay est professeur à l’Université Laval, Québec

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagez cet article sur :

  •    

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca