Culture

Décibel indien

vendredi 4 juillet 2008, par julie tremblay

Julie Tremblay,
stagiaire à Bhopal et Palakkad, en Inde

En Inde, il faut être prêt à tout et rester patient. Même dans la musique indienne. Car avant toute chose, il faut être prêt pour cette tendance grandissante et très variée : la musique de film. Rien ne pourra y échapper : que ce soit par les gens et leurs chantonnements, la télévision et ses vidéoclips dansants, la radio et ses répétitions, les haut-parleurs au volume douteux et bien sûr la sortie du nouveau film de Shah Rukh Khan, la musique résonne d’histoires d’amour cinématographiques exagérément joyeuses ou malheureuses.

Non seulement on adore, on écoute et on réécoute mais surtout, surtout, on chantonne et rechantonne. Le phénomène est contagieux ; même le cellulaire, fidèle compagnon, n’a pu y échapper. Et peu importe l’État et sa langue, la musique de film n’y voit pas de frontières. La nouvelle génération de ce type de musique semble avoir trouvé sa vocation et semble inspirer beaucoup plus que les mantras hindous ou la musique traditionnelle. Pourtant celle-ci, au grand plaisir des oreilles mélomanes, a la puissance, par ses notes recherchées et ses paisibles harmonies,de calmer l’esprit du curieux sensible à bien plus que ce que l’industrie de Bollywood peut apporter à long terme. Il faut rester patient. Il faut être prêt. Car celui qui dit musique devra aussi chanter...

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Alizés : Volume 1 numéro 1 - juin 2008

Crédits Alizés volume 1, numéro 1

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

julie tremblay

Les balayeuses

Plus d'articles :  1 | 2

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca