Crise au sein du mouvement syndical américain

mardi 30 août 2005, par Donald CUCCIOLETTA

Du 25 au 28 juillet, les 800 délégués de l’AFL-CIO (l’American Federation of Labor - Congres of Industrial Organizations)
étaient réunis en congrès à Chicago avec l’intention de fêter leur 50e anniversaire. Or, ils se sont plutôt heurtés à un
mouvement de scission, qui a peut-être engendré la plus grande crise de l’histoire du mouvement syndical américain.

La scission a été provoquée par
la décision des membres de deux
des plus grands syndicats affiliés
à l’AFL-CIO de quitter l’organisation
pour en créer une nouvelle, du
nom de Change to Win. Ces deux
syndicats sont le Service Employees
International Union (1,8 million de
membres), présidé par Andrew Stern,
et les Teamsters (1,4 million de membres),
présidé par James Hoffa, fils du
célèbre Jimmy Hoffa.

D’autres syndicats s’apprêteraient à
en faire autant : la United Food and
Commercial Workers Union (1,4
million de membres), l’Unite Here
(400 000 membres) et l’Union de la
confrérie des menuisiers de l’Amérique
(1 million de membres). Au
total, cela représenterait une perte
d’environ 5 millions de membres sur
les 13 millions de syndiqués affiliés
à l’AFL-CIO. C’est dire à quel point
l’organisation est profondément divisée,
voire en péril.

Cela faisait déjà deux ans qu’Andrew
Stern - l’instigateur de cette scission-
critiquait sévèrement l’AFLCIO
et plus particulièrement son président,
John Sweeney. Stern reproche
à Sweeney de tout miser sur l’éventualité
d’un retour au pouvoir du Parti
démocrate, qu’il a beaucup appuyé,
y compris financièrement. Un parti
qui, selon lui, n’a plus de leadership
et rien à proposer au mouvement
syndical. Il souhaiterait plutôt que
l’AFL-CIO se recentre davantage sur le
recrutement de nouveaux membres et
des campagnes de masse pour défendre
les droits des travailleurs.

Le fait est que la situation de l’AFL,
qui a déjà regroupé 33 % des salariés,
est dramatique. Le déclin s’est accentué
dès 1981 lorsque le président
de l’époque, Ronald Reagan, congédiait
12 000 contrôleurs aériens et,
de facto, brisait le syndicalisme dans
ce secteur. Après quoi, le nombre de
travailleurs syndiqués aux États-Unis
n’a cessé de chuter. Aujourd’hui, avec
les Wal-Mart, le « outsourcing » (les
emplois à l’extérieur du pays), la restructuration
du concept même du travail
(les travailleurs autonomes, etc.),
la société post-industrielle axée sur
les services en tous genres (nouvelles
technologies, recherche, santé, éducation,
etc.), l’AFL-CIO ne représente
plus que 12,5 % des salariés, dont seulement
8 % dans le secteur privé.

De leur côté, les dirigeants de l’AFLCIO
accusent Stern d’affaiblir le
mouvement syndical en faisant le jeu
des républicains. Seulement, c’est un
mythe de croire encore que la base
militante vote démocrate, à l’instar
de la direction et des cadres de l’AFLCIO.
Depuis la coalition conservatrice
entre républicains et démocrates,
qui a porté Ronald Reagan au pouvoir
en 1980, les chiffres démontrent
clairement que le tiers seulement des
membres de l’AFL-CIO se dit démocrate.
Le reste se divise à peu près
également entre républicains et indépendants.
Les indépendants votant
surtout pour le Parti républicain.

Manoeuvres des républicains et
du mouvement conservateur

Cette scission offre une opportunité
sans précédent aux républicains et
au mouvement conservateur pour
infiltrer le monde syndical, tout en
essayant de soutirer quelques dollars
à certains des syndicats les plus
à droite. Car le nerf de la guerre des
élections aux États-Unis, c’est l’argent.
Et la nouvelle saison des élections
du mi-terme (2006) débute
bientôt. Ainsi, les Teamsters de James
Hoffa ont fort probablement rejoint
la nouvelle coalition dans le but de
la contrôler. Car les Teamsters sont
proches du Parti républicain. Lors
des dernières présidentielles, ils
ont contribué au financement de la
Republican Governors Association, à
hauteur de 500 000 dollars.

Il est certain que cette crise pourra
avantager à court terme les forces
anti-syndicales, et affaiblir encore davantage le mouvement syndical. Mais
comme l’a écrit Michael Kazin, spécialiste
des mouvements sociaux à l’Université
de Georgetown, à Washington
D.C. : « Il faut que le mouvement syndical
américain s’ajuste à la nouvelle réalité
du domaine du travail, et qu’il se réorganise
pour se doter d’un nouveau programme
avec des nouveaux leaders et des
nouveaux mots d’ordre rassembleurs. »
Ainsi, espérons que l’initiative d’Andrew
Stern et du Service Employees
International Union provoquera à
long terme un renouveau et même
une restructuration, si nécessaires au
syndicalisme américain, pour se donner
un nouvel élan dans l’économie
globale, néolibérale, du 21e siècle.


DANS LE CADRE DES JOURNEES ALTERNATIVES

- Au coeur du monstre,
luttes et résistances aux
États-Unis

Samedi 10 septembre
9 h 30 à midi
Cégep du Vieux Montréal

Venez à la rencontre de l’autre
Amérique. Les États-Unis des résistances,
des luttes sociales, des
militants porteurs d’un projet
alternatif et démocratique dans
ce pays. La tradition des grands
mouvements contre la guerre au
Vietnam et pour les droits civiques
y demeurent très vives.

Avec des invités des États-Unis :

• Elizabeth White (Boston
Global Network)

• Mike Litz (OneWorld USA),

• Helen Frank (Democratic
Socialists)

Et

• Donald Cuccioletta (spécialiste
des États-Unis à l’UQAM)

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 12 - No. 01

Le Soudan à l’aube d’un retour en arrière

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Donald CUCCIOLETTA

Nouvel ALÉNA : des avancées, mais le modèle déséquilibré demeure intact

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Amérique

Les zapatistes annoncent l’expansion majeure de leurs territoires autonomes

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca