Conservatoire du littoral

dimanche 1er septembre 2002, par France-Isabelle LANGLOIS

Avec le mois d’août diluvien que nous avons connu aux quatre coins du monde et la fin du Sommet de la terre à Johannesburg qui nous laisse un goût doux amer quant à notre avenir environnemental et climatique, le site français du Conservatoire du littoral nous apporte un peu de baume.

Le Conservatoire du littoral est un organisme « pas tout à fait comme les autres », un modèle international en matière de protection des rivages. L’établissement public français, créé en 1975, membre de l’Union mondiale pour la nature (UICN), mène une politique foncière visant la protection permanente des espaces naturels et des paysages en bord de mer et de lac. À l’heure actuelle, c’est plus de 65 587 hectares sur 485 sites, soit 861 kilomètres de rivages donc plus de 10 % de la côte française, dont le Conservatoire assure la protection. « Il acquiert des terrains fragiles ou menacés à l’amiable, par préemption ou, exceptionnellement, par expropriation. Des biens peuvent également lui être donnés ou légués. »
Cette information, on la retrouve dans le site Internet du Conservatoire. Mais bien plus qu’une simple présentation et description de ce qu’est le Conservatoire, ce site nous convie à une envolée au-dessus des rivages atlantiques et méditerranéens. C’est la découverte de la flore et de la faune maritime, comme la prise en compte des divers problèmes et enjeux environnementaux que confrontent les rivages français... et pas seulement français en fin de compte.

On y trouve toute une série de dossiers sur différentes thématiques, notamment dans la rubrique « dossier du mois », dont le dernier en date est celui Des impôts payés « en nature ». En effet, « le Conservatoire du littoral s’est vu confier par l’État cinq terrains pour une superficie totale de 325 hectares, représentant une valeur d’environ 600 000 euros, en "dations en paiement" de droits de succession de particuliers. Il s’agit de la première application de la Loi de finances votée en 1995 permettant à des particuliers de s’acquitter de certains impôts par le biais de la remise de terrains. » Une idée à laquelle nous pourrions peut-être cogiter de ce côté-ci de l’Atlantique, avant que nos si merveilleux lacs et rivières ne soient plus qu’un vague souvenir.

Les dunes de Mayville dans le Pas-de-Calais en sont un joli exemple. Maintenant qu’elles appartiennent au domaine public, elles ne pourront servir à l’extension d’un terrain de golf et seront protégées d’une fréquentation excessive en étant exclues des circuits touristiques et sportifs.

La rubrique « junior » du site est particulièrement intéressante. Toute en couleur et animation, elle propose une série de jeux interactifs et éducatifs sur l’univers maritime, auxquels prendront autant plaisir les plus moins jeunes que les plus jeunes. Bref, beaucoup d’information intéressante et enrichissante présentée agréablement. On s’y croirait presque en bord de mer !

France-Isabelle Langlois, coordonnatrice et rédactrice, journal Alternatives.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 09 - No. 01

Le nouveau visage du cinéma russe

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

France-Isabelle LANGLOIS

Militante pour la vie

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Environnement

L’Afrique déploie ses lanceurs d’alerte

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca