Cinq choses que vous devriez savoir à propos du partenariat nord-américain sur la prospérité et la sécurité

Ou pourquoi le pacte de Waco est la pagaille

mardi 6 décembre 2005, par Conseil des Canadiens

Le partenariat nord-américain sur la prospérité et la sécurité, signé en mars 2005 par le Canada, le Mexique et les États-Unis, a quelque chose de familier. Il ressemble de façon remarquable au programme nord-américain de sécurité et de prospérité lancé en janvier 2003 par le Conseil canadien des chefs d’entreprise (CCCE), le plus grand groupe de pression des grandes entreprises canadiennes. La sécurité, dit-on aux Canadiens, l’emporte sur toutes les autres préoccupations : si nous voulons que la frontière reste ouverte, nous allons devoir aider à construire un périmètre de sécurité autour de l’Amérique du Nord et soutenir les intérêts militaires, énergétiques et économiques des États-Unis à l’étranger. Le pacte signé à Waco, au Texas, est dans les faits le sceau d’approbation des bonnes méthodes pour une nouvelle grande idée conçue pour plaire au secteur des entreprises des trois pays. Il ne contient pas d’action concrète pour améliorer les vies des citoyens ordinaires du continent.

Voici cinq raisons pour lesquelles les Canadiens devraient s’opposer à cette initiative :

1. Plus nous sommes près du programme de sécurité de l’administration Bush, plus il sera difficile de maintenir une politique étrangère indépendante. Même si l’opinion publique a forcé Paul Martin à refuser de participer au programme de défense antimissiles, le chef du CCCE Tom d’Aquinon dit qu’il faut ramener la question de la défense antimissiles dans un futur Parlement.

2. Les droits civils et les droits de la personne des canadiens seront compromis par l’intégration profonde avec les États-Unis. L’Entente sur les tiers pays sûrs, signée par les États-Unis et le Canada en décembre 2004, oblige le Canada à renvoyer tous les demandeurs du statut de réfugié qui entrent au pays par les États-Unis. La législation antiterrorisme américaine et les « certificats de sécurité » permettent au gouvernement de détenir des non-citoyens sur la base d’une preuve secrète. Le nouveau partenariat irait beaucoup plus loin avec son identification biométrique et un système commun d’entrée en Amérique du Nord, qui mettrait encore plus en péril les droits civils des Canadiens.

3. Le Canada perdra le peu de contrôle qu’il nous reste sur nos réserves énergétiques. Le partenariat réclame un pacte de la sécurité de l’énergie qui cimentera un régime continental de l’énergie, assurant que le Canada perdra le peu de contrôle qu’il nous reste sur notre pétrole et notre gaz naturel. Il ouvrirait également la porte à un réseau intégré de distribution de l’électricité. Vous vous souvenez du « grand noir » d’août 2003. Il pourrait y en avoir plus avec un réseau intégré.

4. Elle pourrait ouvrir la porte à un marché continental de l’eau. Si l’eau n’est pas mentionnée dans le pacte, il est clair qu’elle est sur la table. Dans le compte rendu coulé d’une réunion d’octobre du Groupe de travail sur l’avenir de l’Amérique du Nord, coparrainé par le CCCE, le Conseil mexicain des relations étrangères et le U.S. Council on Foreign Relations, les participants (y compris M. D’Aquino et John Manley) ont convenu que rien, y compris l’eau canadienne, . . « n’est pas à discuter »... . . mais il faudra simplement plus de temps pour que cela mûrisse politiquement. »

5. Un bloc commercial nord-américain pourrait placer les programmes sociaux canadiens sur le hachoir. Le CCCE recommande de nombreuses étapes qui prépareraient la scène pour un bloc commercial nord-américain ; cela inclut exiger un passeport commun et des tarifs et traiter tous les citoyens de l’Amérique du Nord comme des investisseurs intérieurs dans chaque pays. Avec ce scénario, le Canada perdrait sûrement ses exemptions de l’ALENA pour la santé, l’éducation et la sécurité sociale.

Les Canadiens sont de bons voisins et veulent travailler avec les Américains pour assurer la sécurité de leurs citoyens et la nôtre aux frontières que nous partageons. Mais les propositions du pacte de Waco vont trop loin. Les Canadiens doivent dire non.


Pour plus d’information sur la façon de faire quelque chose à propos de l’intégration nord-américaine, visitez notre site Web (www.canadians.org) et cliquez sur « Integrate This ! »

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagez cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Élections et politique étrangère du Canada

Les errements de la politique canadienne en Afghanistan

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Amérique

Colombie : l’indicible des massacres de masse

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca