Cinq ans d’Intifada

mercredi 29 septembre 2004, par Mustafa BARGHOUTI

27 septembre 2004 — La deuxième Intifada palestinienne entre maintenant dans sa cinquième année. Pendant que le monde a les yeux tournés sur l’Irak, le gouvernement israélien viole en toute impunité les droits humains des Palestiniens. En général, les médias internationaux sont plus enclins à écouter le point de vue israélien. De plus, durant la dernière année, l’appui et l’implication de la communauté internationale dans le processus de paix a diminué sensiblement.

Plusieurs ont perdu espoir face à la stagnation du processus de paix d’Oslo qui semble au point mort. Depuis 1948, les Palestiniens voient la promesse d’un État palestinien disparaître peu à peu. Selon le plan Sharon, on parle maintenant de 11% de la Palestinien historique qui serait concédée aux Palestiniens. En fait, ce n’est pas un État palestinien qui se profile maintenant, mais une série de bantoustans.

Les victimes s’accumulent

Depuis la visite d’Ariel Sharon à la Mosquée Haram Al Sharif en septembre 2001, 4 343 Palestiniens et Israéliens ont été tués (1008 Israéliens et 3344 Palestiniens).

- 82% des victimes palestiniennes étaient des civils.
- À chaque jour, deux ou trois Palestiniens sont tués par des soldats, des policiers ou des colons israéliens. Si le même ratio était appliqué aux Etats-Unis par exemple, cela signifierait 157 tués par jour.
- De ces victimes, 621 étaient des enfants palestiniens de moins de 17 ans.
- De ce nombre, 411 ont été tués par balles (200 ont été atteints au visage ou à la tête).
- 333 venaient de la bande de Gaza.
- Plus de 10 000 enfants ont été blessés.
- 424 Palestiniens « recherchés » par l’armée israélienne ont été tués (exécutions extrajudiciaires). Lors de ces incidents, plus de 250 personnes qui étaient sur place par hasard (et qui n’avaient rien à voir avec les Palestiniens recherchés) ont été également été tuées.

Les prisonniers palestiniens

Israël continue d’utiliser la législation héritée du mandat britannique et qui permet la détention sans procès pour une durée illimitée. Il y a présentement 78 enfants palestiniens en détention. Il y a 100 femmes palestiniennes et 377 enfants palestiniens dans les prisons israéliennes. 80% des détenus sont victimes de la torture.

Dévastation de l’économie

Des dégâts de plus d’un milliard de dollars ont été infligés à l’économie palestinienne lors d’attaques de l’armée israélienne. Le PIB des territoires palestiniens a décliné de 50% depuis le début de l’Intifada.

L’éducation affectée
298 écoles ont été partiellement détruites par des attaques de l’armée israélienne. 4 enfants ont été tués lorsqu’ils étaient à l’école à Gaza.

L’enjeu de l’eau
Depuis cinq, le prix de l’eau a augmenté de 300% dans les territoires palestiniens. La consommation par personne ne dépasse pas 70 lites par jour. Chaque Israélien consomme cinq fois plus qu’un Palestinien. Chaque colon israélien dans les territoires occupés consomme 20 fois plus qu’un Palestinien. 200 communautés n’ont pas accès à l’eau potable. L’eau potable à Gaza n’atteint pas les standards en vigueur.

La population ne peut se déplacer
Seulement en Cisjordanie, il y a 703 points de blocage. Un déplacement de Ramallah vers Hébron, qui prend normalement une heure, peut durer jusqu’à 12 heures. 86 Palestiniens sont morts à cause de ces blocages, dont 30 enfants. 55 femmes ont accouché le long des check-points, dont 20 ont perdu leur enfant.

Le Mur

Le Mur est trois fois plus long et deux fois plus élevé que le Mur de Berlin. À Qalqilia, 40,000 résidents sont enfermés à l’intérieur du Mur et il faut une permission spéciale pour en sortir. Plusieurs communautés sont coupées de leurs écoles, de leurs champs, de leur travail. Il y a 11 portes dans le Mur qui ouvrent pour seulement 55 minutes par jour. Aucun changement significatif n’a été apporté au plan initial en dépit des pressions internationales.

Le désengagement de Gaza

Au début, Sharon a accepté la feuille de route avec 15 amendements imposés par son cabinet, dont le refus de cesser la construction des colonies. L’essentiel des colonies de Cisjordanie restera en place. Quant à Gaza, Sharon ne parle pas d’un retrait, mais d’un redéploiement, et promet au contraire que l’armée israélienne demeurera sur place. À Rafah, l’armée israélienne continue de détruire des maisons (6 par jour en moyenne), pour « nettoyer » la frontière avec l’Égypte. À date, plus de 2000 maisons ont déjà été détruites.

Un calme relatif ?

Durant la dernière année, le mouvement de résistance pacifique s’est renforcé. Les attentants-suicide ont diminué, pas tellement à cause du Mur, mais parce que des Palestiniens ont critiqué ces actions. Mais pendant ce temps, les attaques contre les Palestiniens continuent, alors que les médias internationaux prétendent que le calme est revenu. Des dizaines de Palestiniens ont été tués, 166 seulement dans le mois de mai (19 israéliens, dont 18 soldats). Le ratio des décès est de 12 Palestiniens pour 1 Israélien.


L’auteur est président de l’Union des comités de secours palestiniens.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Articles de l’extérieur

Poing de fer contre la défense de la santé et de l’éducation publique

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Mustafa BARGHOUTI

Israël sait que l’apartheid n’a aucun avenir

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5

Articles sur le même sujet

Moyen-Orient

Syrie du Nord : une dure leçon pour les luttes à venir ?

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca