Ceux qui ne calculent ni l’écologie, ni l’économie !

jeudi 26 août 2010, par Michel A. Duguay

Lettre ouverte à Pierre Duhamel

Bonjour M. Pierre Duhamel,

Dans votre éditorial du 25 août dans Le Journal de Québec à la page 40, vous critiquez sévèrement les groupes écologistes qui s’opposent à l’exploitation des gaz de schistes, des mines d’uranium, et des centrales nucléaires. Vous voulez foncer rapidement sans préoccupation pour l’écologie, ni pour l’économie.

Concernant l’énergie nucléaire, vous affirmez ceci : « Une visite en radiologie représente pourtant une dose de radiations plus forte que celle d’un travailleur de la centrale nucléaire de Gentilly ne peut connaître en 20 ans de service. »

Sur le site web de la Commission canadienne de sûreté nucléaire on peut voir que de 2001 à 2007 la dose annuelle moyenne des travailleurs du nucléaire au Canada a été 1,77 millisieverts (mSv). Sur 20 ans cela fait 35,4 mSv. D’autre part, sur le site web de RadiologyInfo.org on peut voir qu’un scan tomographique médical de tout le corps impose une dose de 10 mSv.

Votre affirmation n’est donc pas correcte par plus d’un facteur de 3. Pour ce qui est d’une simple radiographie des poumons la dose est seulement 0,1 mSv, de sorte que votre affirmation n’est pas correcte par un facteur de 354. Je ne pense pas que l’économie québécoise pourra fructifier si les preneurs de décision se permettent des erreurs de calcul par un facteur qui va de 3 à plus de 300.

Dans ce contexte je vous suggère de lire le récent article ci-joint écrit par Andrew Chung dans le Toronto Star du 22 août 2010, article intitulé ‘’As Québec bathes in electricity money goes down the drain’’. Chung cite l’économiste de grande renommée Jean-Thomas Bernard de l’Université Laval.

Pourriez-vous m’expliquer comment notre économie pourra prospérer si nous entreprenons la réfection de Gentilly-2, jugée non-rentable par Ontario Power Generation, et si nous construisons des barrages générant de l’électricité à 12 cents le kilowattheure (kWh) et plus, pour la vendre aux USA à environ 8 cents/kWh ? Pour ce qui est des gaz de schiste le gouvernement accorde des permis et n’exige aucune redevance pour cinq ans. Qui paiera pour les dégâts environnementaux accompagnant les forages à grande échelle et la fracturation du sous-sol sous nos plus belles terres agricoles ? Des groupes écologistes demandent un moratoire sur les schistes afin d’étudier la question intelligemment.

 Pour ce qui est de l’uranium les sondages montrent que les écologistes ont l’appui de la majorité du public québécois en faveur d’un Québec non-nucléaire. Vous devrez faire de meilleurs calculs pour renverser le jugement du public opposé au nucléaire.

Avec mes salutations, Michel Duguay


Voir en ligne : l’article original du Canoe

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagez cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Publications

Notre maison brûle et nous regardons ailleurs !

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Michel A. Duguay

Deltell prêt à « bulldozer » les verts

Plus d'articles :  1 | 2 | 3

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca