Livre

Ces Québécois venus d’Haïti

jeudi 23 août 2007, par Adam NOVAK

L’accélération de l’immigration des Haïtiens au Québec depuis la fin des années 1950 s’explique par la conjonction de deux facteurs. Au Québec, une « révolution tranquille » qui comprenait un ensemble de réformes économiques, politiques, sociales et culturelles. À Haïti, le début des ténèbres, avec un gouvernement qui dérivait vers la dictature. Une bonne partie de l’intelligentsia du pays quitte le pays - par contrainte, par soif de développement personnel, ou par manque d’alternatives. Une perte pour leur pays d’origine, même si de nombreux Haïto québécois sont restés solidaires. Une perte, même si leur présence a contribué à susciter la sympathie des Québécois de toutes origines envers cet autre petit peuple francophone d’Amérique.

À travers une cinquantaine de portraits, Ces Québécois venus d’Haïti permet de découvrir l’apport étonnant des Haïtiens dans tous les secteurs de la vie publique. Si l’écrivain Stanley Péan et l’activiste et politicienne Vivian Barbot sont bien connus dans le milieu progressiste, on découvre plusieurs de leurs compatriotes solidement engagés dans des entreprises d’économie sociale comme Services alimentaires Boukan Délices, ou de nombreux centres de la petite enfance fondés ou dirigés par des Haïtiennes.

Cherchant plutôt à documenter les cas de réussite, les auteurs restent discrets sur le racisme ambiant qui exclut de nombreux Haïtiens des postes pour lesquels ils sont qualifiés - autant dans le secteur public que dans le privé. Ils n’insistent pas sur l’ethnocentrisme de nos médias qui fait en sorte que ces pionniers haïtiens, comme tant d’autres néo-Québécois, sont largement absents de notre imaginaire collectif. En revanche, ils font écho aux débats internes de la communauté, qu’il s’agisse des rapports ambigus avec le pays d’origine, ou des frustrations ressenties par la deuxième génération.

Il est aussi frappant de voir la diversité des projets de solidarité et de « développement » que des Québécois d’origine haïtienne ont montés dans leur pays d’origine. Ils ont ainsi repris le flambeau des générations de religieux qui avaient tant fait pour tisser des liens entre les deux pays dans les années 1950 et 1960. En définitive, c’est cette solidarité extraordinaire qui doit rester au cœur du rapport Haïti-Québec.


Ces Québécois venus d’Haïti : Contribution de la communauté haïtienne à l’édification du Québec moderne
Samuel Pierre (éditeur)
Presses internationales Polytechnique (2007)

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 14 - No. 01

De nouveaux États-Unis voient le jour

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Adam NOVAK

Widows launch national initiative for rights and reconciliation

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Haïti

Haïti : l’écran humanitaire

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca