Ce que le Canada peut faire en Afghanistan

mardi 17 août 2004, par Pierre BEAUDET

Ce que le Canada peut faire en Afghanistan
Pendant longtemps, l’Afghanistan a été la scène d’une guerre atroce qui a fait des millions de victimes. Plus tard de conflits en conflits et de massacres en massacres, le pays a été « capturé » par les Talibans dans les années 1990, avec le soutien actif du Pakistan et de l’Arabie saoudite, les deux principaux alliés des Etats-Unis dans la région. Par la suite, Washington à l’époque de l’administration Clinton est entrée en conflit avec les Talibans et quelques actions militaires ont été entreprises, mais sans grande conviction. Car dans le fond, les Etats-Unis considéraient Afghanistan comme un trou noir sans intérêt. Jusqu’à un certain 11 septembre 2001...

La guerre et ses suites

À la suite des attentats de New York et de Washington, l’administration Bush a entrepris une guerre qui a été endossée par les pays occidentaux comme le Canada, de même que par l’ONU. Pour sûr, les Etats-Unis voulaient se venger de l’« humiliation » du 11 septembre et prouver à la face du monde qu’ils ne laisseraient pas intimider. Pour sûr, ils tenaient à capturer le Mollah Omar et Bin Laden et démanteler Al-Qaïda. Mais comme l’a dit le Président Bush lui-même, le 11 septembre était également une « opportunité », pour déployer la stratégie géopolitique connue sous le nom du « New American Century Project ». En gros, cette proposition vise à mettre en place un dispositif politique et militaire assurant la domination américaine sur le monde, en particulier sur certaines zones stratégiques comme le Moyen-Orient et l’Asie centrale. L’intervention en Afghanistan (et la préparation de ce qui devait devenir l’invasion de l’Irak quelques mois plus tard) se sont donc inscrites dans une perspective plus vaste. Mais au bout de la ligne, le Canada et l’Union européenne ont accepté d’appuyer Washington, selon la théorie « officielle », soit la nécessité de renverser un régime hors-la-loi et de rétablir la paix et la démocratie dans ce pays. Plus tard, le régime Taliban s’est écroulé. Puis, la guerre s’est étiolée dans les régions frontalières. Un petit contingent militaire multinational, ISAF, a été mandaté par l’ONU pour préserver l’ordre dans le pays et préparer une transition vers la démocratie. Un gouvernement intérimaire et un président intérimaire (Hamid Karzai) ont été nommés.

Une situation pleine de dangers

Sur le plan militaire, la situation actuelle demeure chaotique. De grandes zones du pays sont en guerre et les talibans ont regagné de l’influence et profitent du fait que Les États-Unis s’opposent à l’élargissement du contingent multinational (Bush veut avoir les mains libres pour pourchasser Ben Laden). Mais les talibans ne sont pas le seul problème. Les seigneurs de la guerre, y compris ceux qui ont appuyé les États-Unis durant la guerre sont responsables du chaos et des violations de droits, en particulier contre les femmes. Ils se sont constitués un « État dans l’État » grâce aux recettes tirées du trafic d’opium. Ils bénéficient de l’impunité totale par rapport aux crimes qu’ils ont commis avant, pendant et depuis la dernière guerre de 2001.

Entre-temps, les conditions ne sont pas mûres pour des élections réellement démocratiques telles qu’annoncées pour l’automne 2004. Au contraire, l’exercice risque de conforter le pouvoir des seigneurs de la guerres qui contrôlent leurs fiefs et de marginaliser les forces démocratiques. Des organisations afghanes luttent à la base pour réclamer des droits, mais elles ont des difficultés énormes dans un espace politique contraint.

En ce qui concerne la reconstruction du pays, la situation n’est pas très encourageante. Une conférence internationale convoquée au printemps 2003 à Berlin a accepté la perspective très étroite de la Banque mondiale. Selon une coalition d’ONG (Alternatives, Novib et Christian Aid), « la Banque mondiale voudrait que l’État afghan se limite à des fonctions de régulation et laisse le développement du pays au « libre marché ». Mais en réalité expliquent les ONG, le « marché est contrôlé en Afghanistan par de puissants clans qui n’ont d’autre souci que d’empocher tous les bénéfices ». Pendant ce temps, une grande partie de la population continue de vivre dans la misère, surtout dans les régions rurales où la seule façon de s’en sortir est de s’enrôler dans les milices des seigneurs de guerre ou de cultiver de l’opium. Très peu d’aide concrète parvient aux gens pour leurs besoins essentiels (santé, alimentation, éducation, etc.).

Ce que le Canada peut faire

Le Canada s’est investi en Afghanistan qu’il avait ignoré presque totalement avant l’intervention militaire de 2001. Le contingent militaire canadien joue un rôle important dans l’ISAF. L’Agence canadienne de développement international a mis de côté 250 millions de dollars pour la reconstruction du pays. Si la bonne volonté y est, il manque cependant des éléments qui pourraient inscrire cette intervention dans une stratégie canadienne de construction de la paix et de lutte pour la démocratisation.


(1) Le Canada doit exiger que les Etats-Unis retirent leurs troupes de l’Afghanistan et que l’ONU récupère le mandat de sécuriser le pays. Une intervention militaire mandatée par l’ONU et couvrant l’ensemble des besoins du pays en matière de sécurité, voilà le cadre que le Canada doit exiger.

(2) Le Canada ne doit pas tolérer que de grandes régions du pays restent sous le contrôle des seigneurs de la guerre. Le Canada doit apporter une aide considérable au travail de démocratisation « par en bas », notamment via les groupes de femmes afghanes et les organisations de promotion des droits humains, garants d’une transition vers une véritable démocratie réelle.

(3) Le Canada doit aider l’Afghanistan à se reconstruire, ce qui ne peut pas se faire dans le cadre étriqué des politiques de la Banque mondiale. Un processus beaucoup plus large de définition de cette reconstruction doit être élaboré, impliquant les autorités afghanes, mais aussi la société civile et les ONG. Les questions clés affectant le pays doivent être mises au premier plan, même si cela implique des choix politiques difficiles, la réforme agraire ou l’alphabétisation des femmes, notamment.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Articles d’Alternatives

Les gilets jaunes de France : six mois de lutte (2/2)

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Pierre BEAUDET

Le Forum social des peuples ou comment réparer des pots cassés …

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Paix

Les Kurdes sacrifiés dans un Moyen-Orient surarmé

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca