Casablanca, un an après les attentats

samedi 29 mai 2004, par Michel LAMBERT

16 mai - C’est le premier anniversaire des attentats de Casablanca. Il est 11 heures, place Mohammed V. Déjà, quelques milliers de personnes se sont regroupées. Plus tard dans la journée, ils seront une centaine de milliers et choisiront de prendre la rue pour dire très haut, à l’attention de tous les extrémismes, que le Maroc choisit de construire plutôt que de détruire. L’événement est impressionnant et vient conclure une semaine d’activités de toutes sortes à l’échelle du pays.

Mais bien au-delà des manifestations, les signes d’une prise en charge communautaire visant à combler le vide manifesté par les attentats sont évidents !

À Casablanca par exemple, le RESAQ (Réseau des associations de quartier) fédère une cinquantaine d’associations du Grand Casablanca. Il ne cesse de grandir et de s’étendre, ayant pour objectif la professionnalisation du secteur associatif. Aujourd’hui, le RESAQ veut passer à la vitesse supérieure en créant un portail Internet pour les associations de quartier, d’abord, puis pour l’ensemble du mouvement associatif marocain.

Mais le RESAQ est loin d’être seul. Le même jour, la revue Tel quel publiait son top 50 des meilleurs projets de quartier mis de l’avant par les associations casablancaises.

Réhabiliter les parcs, organiser des projections itinérantes de cinéma en plein air, apprendre ou enseigner l’informatique et d’autres métiers, alphabétiser, rattraper les enfants en perdition scolaire, créer des bibliothèques, des ateliers culturels, de l’animation théâtrale, former des cadres associatifs féminins ou jeunes, soigner les personnes âgées, mobiliser les jeunes, rappeler aux élus locaux leurs responsabilités... De façon étonnante, la moitié des projets présentés proviennent de Sidi Moumen, le bidonville en bordure de Casa la Blanche qui a vu grandir les kamikazes du 16 mai 2003.

C’est aussi dans cet esprit que sera organisé, les 11, 12 et 13 juin prochains, un forum associations-entreprises. Toutes les associations membre du RESAQ y tiendront des kiosques et y présenteront leurs idées à l’attention des supporteurs ou bailleurs de fonds potentiels. Un seul constat : le choc du 16 mai 2003 a paradoxalement donné un nouveau souffle à l’action associative marocaine.


L’auteur est chargé de projets pour l’Afrique à Alternatives, et revient du Maroc.

À propos de Michel LAMBERT

Co-fondateur en 1994 puis Directeur général d’Alternatives entre 2007 et 2020, Michel Lambert fut Président de l’Association québécoise des organismes de coopération internationale de 2017 à 2020. Il a travaillé au rapprochement des groupes et organisations de la société civile, d’ici et d’ailleurs pour la promotion des principes de la démocratie, de l’égalité et de l’équité pour tous.

Il a tour à tour développé plusieurs des programmes de solidarité internationale d’Alternatives en plus de lancer et animer de multiples campagnes de justice sociale au Québec et au Canada. Il a dirigé l’antenne d’Alternatives en République démocratique du Congo entre 2002 et 2005 avant de prendre la direction de l’organisation en 2007.

Michel Lambert fut membre du Conseil de Gouvernance d’Alternatives International , du Conseil d’administration d’Alliance syndicats et tiers-monde. Il a aussi été membre des Conseils de l’AQOCI entre 2009 et 2013, de l’Association pour le progrès des communications (APC) entre 2008 et 2011 puis entre 2017 et 2020 et de Food Secure Canada entre 2009 et 2012

Il a représenté Alternatives au Conseil International du Forum social mondial et au sein de diverses coalitions québécoises et canadiennes dont notamment, les coalitions Pas de démocratie sans voix, Voices/voix. le Réseau québécois de l’intégration continentale - RQIC et plus récemment au comité de coordination du Front commun pour la transition énergétique .

Michel Lambert a joué un important rôle de mobilisation et de construction lors du Forum social des peuples tenu à Ottawa en août 2014 .

En 2018, il confondait Cultiver Montréal, le réseau des agricultures montréalaises.

En 2020, il a contribué à la création du FISIQ, le Fonds d’investissement solidaire international du Québec.

Suivez Michel Lambert sur Twitter

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagez cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 10 - No. 09

La menace d’un Canada made in USA

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Michel LAMBERT

« Québec ZéN » : S’unir pour une transition énergétique juste

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Islamisme

Féministe et musulmane : entrevue avec Nour Farhat

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca