Dans le cadre du programme d’appui d’Alternatives à Kinshasa

Campagne pour la promotion de la planification familiale et la lutte contre les MST-HIV/SIDA

lundi 9 juin 2003, par Michel LAMBERT

En RDC, le SIDA, dont le taux officiel est de 5 %, toucherait dans les faits beaucoup plus de gens avec en moyenne 173 000 nouveaux cas chaque année. Plusieurs facteurs agravants, notamment la guerre et les déplacements de populations sont venus fort probablement favoriser la dissémination du VIH et autres MST. Actuellement, les hôpitaux sont envahis de personnes porteuses du VIH. À l’hôpital de Kisangani, ce sont 68% des malades qui vont mourir du SIDA et 75% à celui de Kikwit. Une récente étude impliquant des familles apparemment saines faisant don de sang a révélé que plus du tiers des personnes étaient déjà séropositives. L’ONUSIDA estime qu’au moins 90% des personnes séropositives ne sont pas conscientes de leur état de santé.

À Kinshasa plus particulièrement, les crises sociales, politiques, éducatives et culturelles qui ont frappées la population ont destruit les infrastructures socio-éducatives et sanitaires. De plus, elles ont permis l’apparition de pratiques à risques comme la prostitution, les avortements clandestins, le rejet d’enfants vers la rue, etc…

C’est dans ce cadre qu’Alternatives a choisi d’appuyer une campagne menée par le CODIAF (Collectif de diffusion de l’information et d’appui aux femmes) qui vise une meilleure planification familiale et l’appui dans la lutte contre les MST-VIH/SIDA en faveur des jeunes /adolescents et adultes des populations des quartiers pauvres de KINSHASA.

Plus spécifiquement, la campagne vise :

  • Conscientiser les populations cibles sur l’importance de la santé reproductive ;
  • Animer des séances sur la planification familiale, la lutte contre les avortements clandestins, la lutte contre les MST-VIH/SIDA , les risques de grossesses et maternité chez les adolescentes, la mortalité maternelle et infantile,
  • Encadrer les jeunes/adolescents et autres pour une meilleure intégration sociale ;
  • Informer les populations cibles sur les dangers de la sexualité irresponsable ;
  • Former les conseillers conjugaux et familiaux ;
  • Former les animateurs de la campagne ;
  • Réveiller et renforcer la conscience des parents, des enseignants dans la prise en charge des enfants ;
  • Renforcer la culture de vie familiale et l’affectivité entre les couples, les enfants et les membres de la famille restreinte et élargie ;

La phase pilote de la campagne touchera deux quartiers périphériques et populaires de Kinshasa (Mombele et Kingabwa) dans la commune de Limete avec 5000 jeunes qui seront formés directement par les formateurs du CODIAF. Par l’ajout de messages dans les médias, la campagne espère toucher au moins 50000 personnes. En fonction des résulats de cette première phase, Alternatives espère pouvoir étendre le programme à d’autres communes de Kinshasa, éventuellement à toute la province.


Michel Lambert est Directeur de l’antenne d’Alternatives à Kinshasa

À propos de Michel LAMBERT

Co-fondateur en 1994 puis Directeur général d’Alternatives entre 2007 et 2020, Michel Lambert fut Président de l’Association québécoise des organismes de coopération internationale de 2017 à 2020. Il a travaillé au rapprochement des groupes et organisations de la société civile, d’ici et d’ailleurs pour la promotion des principes de la démocratie, de l’égalité et de l’équité pour tous.

Il a tour à tour développé plusieurs des programmes de solidarité internationale d’Alternatives en plus de lancer et animer de multiples campagnes de justice sociale au Québec et au Canada. Il a dirigé l’antenne d’Alternatives en République démocratique du Congo entre 2002 et 2005 avant de prendre la direction de l’organisation en 2007.

Michel Lambert fut membre du Conseil de Gouvernance d’Alternatives International , du Conseil d’administration d’Alliance syndicats et tiers-monde. Il a aussi été membre des Conseils de l’AQOCI entre 2009 et 2013, de l’Association pour le progrès des communications (APC) entre 2008 et 2011 puis entre 2017 et 2020 et de Food Secure Canada entre 2009 et 2012

Il a représenté Alternatives au Conseil International du Forum social mondial et au sein de diverses coalitions québécoises et canadiennes dont notamment, les coalitions Pas de démocratie sans voix, Voices/voix. le Réseau québécois de l’intégration continentale - RQIC et plus récemment au comité de coordination du Front commun pour la transition énergétique .

Michel Lambert a joué un important rôle de mobilisation et de construction lors du Forum social des peuples tenu à Ottawa en août 2014 .

En 2018, il confondait Cultiver Montréal, le réseau des agricultures montréalaises.

En 2020, il a contribué à la création du FISIQ, le Fonds d’investissement solidaire international du Québec.

Suivez Michel Lambert sur Twitter

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagez cet article sur :

  •    
Articles sur le même sujet

Afrique

La crise au Sénégal : 3 constats

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca