Caméra au poing

mardi 1er décembre 2009, par Catherine BINETTE

En tant qu’organisation de solidarité œuvrant pour la justice sociale, Alternatives était heureuse de se joindre au Rencontres internationales du documentaire de Montréal tenues du 11 au 21 novembre derniers à Montréal pour présenter la série de documentaires engagés et conséquemment le prix « Camera au poing ». Par son programme de stages internationaux, Alternatives forme depuis plus de dix ans des jeunes vidéastes et encourage l’usage de la vidéo et la production documentaire afin de dénoncer l’injustice et susciter la mobilisation citoyenne ici comme ailleurs. Au RIDM, la série Caméra au poing est le porte-voix des militants de toutes les causes, où partis pris et prises de positions sont tout à fait assumés. La collaboration entre Alternatives et les RIDM était donc naturelle et allait pratiquement de soi.

Plus d’une vingtaine de films documentaires ont été présentés couvrant une grande diversité d’enjeux et de régions du monde. De la révolution algérienne au port du voile au Canada, en passant par le rôle des médias dans la dictature de Pinochet et celui de Coca-Cola dans l’assassinat de syndicalistes en Colombie, ces documentaires racontent de grands moments de notre Histoire et mettent de l’avant des enjeux fondamentaux pour l’avenir de l’humanité, trop souvent ignorés au quotidien. Ce fut aussi soir de première pour certains films, dont « Myths for profit : Canada’s role in industries of war and peace » réalisé par Amy Miller, qui dresse un portrait tristement réaliste de notre industrie de guerre, dénonçant au passage le rôle de nos institutions politique, économique, militaire et d’aide internationale. Le portrait de deux artistes militants incontournable au Québec est quant à lui dépeint par les cinéastes Magnus Isaacson et Simon Bujold dans l’œuvre « L’art en action » où les spectateurs sont invités à une rencontre intime avec Annie Roy et Pierre Allard, le couple derrière notre bien aimée ATSA (Action terroriste socialement acceptable). Pour ceux et celles qui n’ont pu voir ce beau film au RIDM, notez qu’il est présentement en salle au Cinéma Parallèle.

Le jury, composé de Josée Legault, politologue et chroniqueure à The Gazette et à VOIR, d’Erica Pomerance, réalisatrice, scénariste et productrice en cinéma documentaire (Dabla ! Excision, documentaire sur la mutilation génitale féminine) et de John Walker, cinéaste et directeur photo documentaire (Passage est son plus récent film) a choisi de primer le cinéaste Yoav Shamir pour son audacieux Defamation, une œuvre provocante qui soulève un débat social sur le rapport qu’entretien le gouvernement israélien avec l’anti-sémitisme. Shamir remet en questions l’existence de la menace antisémite et se demande si critiquer l’état d’Israël équivaut vraiment à poser un geste d’anti-sémitisme, tel que le gouvernement israëlien le prétend…Poser la question, c’est y répondre ! Alternatives, en tant qu’organisation qui milite pour la défense des droits du peuple Palestinien avec obstination et détermination, était dans tous les cas, très fière de remettre une bourse de 1000 $ au cinéaste Shamir pour souligner la pertinence de son œuvre.

À propos de Catherine BINETTE

Amérique latine et Caraïbes

Catherine Binette a fait des études universitaires en gestion et en développement international à l’Université McGill. Il n’a fallu qu’une expérience de solidarité au sein d’une communauté autochtone de Oaxaca, au Mexique, pour confirmer l’intérêt qu’elle porte à la dynamique des mouvements sociaux et indigènes dans les Amériques. À l’emploi d’Alternatives depuis 2002, Catherine a d’abord travaillé comme chargée de projets et coordonnatrice du programme de communications et de mobilisation, ou elle s’est concentrée principalement sur le dossier du forum social mondial. Suite à un stage en économie sociale au Brésil, elle fait le saut dans l’équipe internationale et prend en charge les projets d’Alternatives dans les Amériques. Elle s’intéresse particulièrement aux pratiques novatrices d’économie solidaire et de développement local, ainsi qu’aux processus de transformation politique auquel nous assistons en Amérique du Sud.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagez cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Vol. 1 - No. 2, décembre 2009

Valser sur des airs… de cendres …

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8

Articles du même auteur

Catherine BINETTE

Mirages d’un Eldorado

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca