Brésil et Argentine reconnaissent la Palestine de 1967

samedi 11 décembre 2010, par Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient

Dans une lettre rendue publique le 3 décembre dernier et adressée au président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le président sortant du Brésil Luiz Inacio « Lula » da Silva a reconnu la Palestine comme un État indépendant à l’intérieur des frontières en vigueur juste avant la guerre des Six Jours en 1967.

Trois jours plus tard, le ministre des Affaires étrangères argentin, Hector Timerman, a lui aussi annoncé que son pays reconnaissait la Palestine dans les mêmes termes. Timerman - ancien ambassadeur aux États-Unis et membre éminent de la communauté juive d’Argentine, la cinquième plus importante au monde - a affirmé qu’il y avait un consensus sur la reconnaissance de la Palestine au sein des États du MERCOSUR, le bloc commercial sud-américain. Le ministre adjoint des Affaires étrangères de l’Uruguay, Roberto Conde, a déclaré à l’Agence France Presse le 6 décembre que l’Uruguay « allait sans doute suivre la même voie que l’Argentine en 2011 ».

Les déclarations faites par le Brésil et l’Argentine marquent une expansion qualitative du soutien envers l’indépendance palestinienne au-delà de la base traditionnelle du Moyen-Orient et des pays africains. Le Brésil, l’une des économies en plus forte croissance sur la planète, est le cinquième plus grand pays du monde par sa population et le huitième en termes de PIB et de pouvoir d’achat. L’Argentine, le deuxième pays le plus peuplé du cône sud, jouit également d’une forte croissance économique et de la stabilité politique.

Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient (CJPMO) se félicite de l’annonce faite par le Brésil, l’Argentine et l’Uruguay. « Israël et le Canada ne peuvent ignorer l’importance de cette étape décisive et fondée sur les principes qu’ont franchie les deux poids lourds du cône sud », explique le président de CJPMO, Thomas Woodley. CJPMO note que les deux puissances d’Amérique du Sud se joignent à plus de 100 autres pays ayant déjà reconnu la Palestine comme un État indépendant. CJPMO perçoit les déclarations du Brésil et de l’Argentine comme un reflet de l’appui international croissant envers l’autodétermination des Palestiniens face à l’agressivité israélienne. L’agression brutale d’Israël contre Gaza en 2008-2009, son attaque meurtrière de la flottille d’aide pour Gaza, son blocus inhumain de Gaza et son escalade continue de la construction de colonies illégales dans les territoires palestiniens occupés ont mis à l’épreuve la patience et la bonne volonté de la communauté internationale.

Les dirigeants palestiniens disent qu’ils vont demander la reconnaissance unilatérale de la Palestine si les pourparlers de paix en cours restent au point mort. Les pourparlers ont échoué dès lors qu’Israël a refusé de prolonger - même temporairement - le moratoire sur la construction de nouveaux logements dans les colonies juives illégales des territoires palestiniens occupés.


Pour plus d’informations, veuillez communiquer avec :
Patricia Jean
Canadiens pour la justice et paix au Moyen-Orient
Téléphone : 450-812-7781 ou 438-380-5410

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Publications

Notre maison brûle et nous regardons ailleurs !

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Boycott, désinvestissement et sanctions sur Israel

Israël a désormais sa loi raciale

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca