Bon baisers de Dakar

samedi 1er mars 2003, par Sophie GOYETTE

PHOTO : Michel Lambert / Alternatives

Il est midi. Le soleil tape sur Dakar, citée voilée de smog. Deux millions d’habitants s’affairent et se battent, conjuguant, pour la plupart, l’existence en mode survie.

Dakar, grande capitale d’Afrique de l’ouest, est une jungle doublée d’un gros village. Une faune compacte et bigarrée cohabite, à la rencontre de deux mondes. Paradoxe exacerbé par l’exode rural : 45 % de la population vivant maintenant en milieu urbain. Boubous traditionnels et Nike, mendiants et Mercedes, porteuses d’eau et hommes d’affaires, étudiants et enfants sortant de l’école coranique évoluent au son des coups de klaxons criards et incessants des taxis, des salutations ad nauseam, ponctués régulièrement d’appels à la prière.

La tolérance religieuse n’est pas un mythe. Les catholiques vont à la Tabaski, tout comme les musulmans fêtent Noël. L’important au Sénégal est de croire, point. Dans cette ville à l’haleine putride et aux trottoirs jonchés de déchets, ce n’est pas la religion qui discrimine. Non, le racisme est plutôt couleur peau. Sénégalais, Libanais et Européens se tolèrent, business et interdépendance obligent. Tout se marchande ici, et on ne fait pas de cadeaux. Ce qui ne choque plus personne, sinon les « toubabs » (touristes blancs) naïfs dans mon genre. Visiblement, tout s’achète dans ce dollarama à ciel ouvert.

Ici, on fantasme l’occident et le mode de vie européen, mais n’en résulte qu’un tiers-monde chic aux allures civilisées. Une société à deux vitesses où l’écart se creuse de plus en plus. Le président Abdoulaye Wade, de passage en Suisse, a prononcé, hier, une allocution visant à encourager l’implantation des technologies numériques en Afrique. Pendant ce temps, le Sénégal croupit au 155e rang en terme d’indice de développement selon le rapport annuel des Nations unies. Chouchou des pays industrialisés et favorisé par le NEPAD (l’acronyme anglais du nouveau plan de développement pour l’Afrique), avec son système de gouvernement somme toute démocratique, sa relative liberté de presse et ses tendances pacifistes en dépit du conflit en Casamance, la France y dépense deux fois plus qu’en Côte-d’Ivoire. Pourtant, jamais le travail et l’exploitation des enfants n’ont été si visibles, l’économie aussi fragile et les emplois dignes de ce nom, permettant d’améliorer son sort, si rares. Quant aux politiques sociales, elles sont quasi-inexistantes et les ONG d’ici et d’ailleurs ne suffisent guère à la demande.
Heureusement, il y a la mer et sa horde de touristes en bermudas. À 150 kilomètres au sud de Dakar, dans l’agglomération de Palemarin, village de pêcheurs reculé et sans électricité, un important consortium doit entamer dès le mois prochain la construction d’un hôtel cinq étoiles... Électricité et emplois sont à prévoir, certes, mais à quel prix ? Cela aura certainement un impact non seulement sur le paysage, mais aussi sur le mode de vie, les traditions, les valeurs…

Bref, la vie dans ce pays ressemble au cérémonial du thé. « Amer comme la mort, doux comme la vie, sucré comme l’amour », dit-on ici. Tout dépend de qui on est et de combien on gagne. Et les Sénégalais boivent leurs contradictions jusqu’à la lie dans cette ville fascinante et insaisissable. Le jour décline et le ciel tourne au mauve pollution. Dakar est maintenant en contre-jour, suspendue entre deux civilisations et pas nécessairement au bout de sa nuit.

Sophie Goyette, stagiaire du programme Médias alternatifs d’Alternatives, présentement à Dakar, au Sénégal.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 09 - No. 06

Au nom des femmes amérindiennes

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Sophie GOYETTE

Entretien avec le président sénégalais

Plus d'articles :  1 | 2 | 3

Articles sur le même sujet

Sénégal

Root.ED s’enracine au Sénégal

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca