BURNING WATER

mardi 28 septembre 2010

Le documentaire "BURNING WATER/L’EAU BRÛLE " examine l’impact négatif des forages gaziers sur l’eau potable

COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate

Montréal, le 27 septembre 2010- Depuis plusieurs semaines, le gaz de schiste est au cœur de notre actualité et plusieurs groupes craignent les effets de l’exploration et l’exploitation de cette énergie sur l’environnement. Alors que le Québec s’interroge sur l’utilisation de ces gaz, le Cinéma du Parc présente en première montréalaise dès le 2 octobre prochain Burning Water/L’eau brûle, un documentaire filmé en Alberta, l’un des tout premiers à parler de l’impact négatif des forages gaziers sur l’eau potable.

BURNING WATER : l’histoire vécue de Fiona et Peter Lauridsen

À Rosebud, au nord-est de Calgary, la société canadienne EnCana exploite du gaz de houille au grand dam de plusieurs propriétaires terriens, dont Fiona et Peter Lauridsen. Ces dernières années, des plates-formes minières poussent un peu partout dans la vallée.

En 2005, Fiona remarque des choses étranges à propos de l’eau qu’elle utilise pour boire, se laver et opérer sa ferme. L’eau est pleine de globules en effervescence et elle peut s’enflammer avec une simple allumette ! Les analyses de son puits d’eau révèlent des niveaux élevés de produits chimiques comme ceux utilisés dans les fluides de forage. Fiona soupçonne que la contamination de l’aquifère qui nourrit son puits est causée par le processus de fracturation hydraulique - une technique pour extraire le gaz naturel du sol qui utilise fréquemment des produits chimiques. Fiona se lance dans une lutte ardue pour exposer la vérité derrière le phénomène troublant qui contamine l’eau de Rosebud. Mais personne ne veut l’écouter ! EnCana refuse d’admettre sa part de responsabilité. Sa communauté refuse carrément d’en parler par peur de nuire à leur industrie touristique et le ministère de l’énergie d’Alberta l’accuse d’avoir mal entretenu son puits. La vie paisible de Fiona est complètement chavirée. Sans eau potable, elle ne peut plus nourrir son bétail sur sa ferme et la santé de sa famille est en péril. Fiona se questionne sur son avenir au sein de la communauté de Rosebud.

Il est à noter que le procédé utilisé pour l’exploitation des gisements de schiste au Québec ou des gisement de charbon en Alberta est exactement le même : la fracturation hydraulique. Les conséquences possibles, comme la contamination des nappes phréatiques ou des puits, sont les mêmes. La seule différence est le type de roche. Au Québec, on effectue des forages dans le schiste alors qu’en Alberta on extrait le gaz des gisements de charbon.

Au Cinéma du Parc – Dès le 2 octobre

BURNING WATER
Canada. 2010. Réalisé par Cameron Esler et Tadzio Richards. Projection numérique. 45 min.
Version originale anglaise avec sous-titres français
Distributeur : Bunbury Films Inc.

VOIR la Bande annonce :

Contact / Cinéma du Parc : Stéphane Burelle | Tél. : 514-281-5199 |




Voir en ligne : Cinéma du Parc

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagez cet article sur :

  •    
Articles de la même rubrique

Agenda

Le Festival des solidarités 2017 : VIVRE ENSEMBLE !

Articles sur le même sujet

Écologie

Le monde de l’écoféminisme — Partie #1

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca