Après Rio : bâtir une réelle alliance Québec, Canada et Premières Nations

mardi 3 juillet 2012, par Michel LAMBERT

Le 20 juin, anticipant l’échec de la Conférence des Nations Unies de Rio +20, plus de 50.000 personnes prenaient les rues de Rio de Janeiro, au Brésil conjointement à des dizaines d’autres manifestations de par le monde. Ces mobilisations exigeaient des gouvernements et corporations impliqués dans la Conférence officielle, des solutions à mettre en place immédiatement pour contrer les changements climatiques et la dégradation de l’environnement terrestre. Mais davantage que la contestation, la grande marche populaire de Rio célébrait du même coup la tenue du Sommet des peuples pour la justice sociale et environnementale, une rencontre sans précédent où notamment les politiques d’expansion extractivistes des gouvernements du Québec et surtout du Canada furent décriées. Pour la centaine de québécois présents, il s’agit au retour d’être porteur de la vision du Sommet des peuples et de remporter ici des victoires contre ces politiques anti-environnementales, pour notre salut comme pour celui du reste de l’humanité. Mais nous ne le ferons pas seuls…

Les Plans Nord québécois et canadien

Le modèle de production extractiviste a pour objectif l’exploitation maximale des éléments de la nature qui sont commercialisables sur le marché mondial. Traditionnellement, on fait ici référence à l’extraction de minerais et à la production de pétrole, deux « spécialités » canadiennes. L’industrie extractiviste se base sur la dépossession du patrimoine commun. Au Canada comme ailleurs ou les industries extractivistes canadiennes sont à l’œuvre : les tragédies environnementales se multiplies, les communautés locales et autochtones sont spoliées, les législations qui visaient à protéger les écosystèmes sont démembrées, les droits démocratiques des personnes sont affaiblis, des politiques de privatisation se mettent en place pour favoriser les intérêts des transnationales et des industries de l’extractivisme et de l’énergie.

Et partout, cette course mène à plus de problèmes environnementaux et moins d’emphase immédiate sur les nécessaires solutions à la crise environnementale. Pire, devant la crise financière qui n’en fini plus, la tendance de nos gouvernements est tout simplement à plus d’extractivisme, plus de problèmes tant en amont qu’en aval et surtout, un refus total d’intégrer dans leurs analyses l’inimaginable chaos environnemental que nous lèguerons à nos enfants.

Le Canada de Stephen Harper est le parfait exemple de cette stratégie de course acharnée vers le grand vide, vers le profit immédiat sans considérations pour les conséquences. Le début et la fin de la stratégie économique canadienne tient à plus de pétrole produit des sables bitumineux. Mis à part peut-être celui de la sécurité, les Conservateurs sont prêts à risquer au bas mot tous les autres secteurs pour s’assurer du développement sans entrave du pétrole canadien ! C’est pourquoi le Gouvernement canadien injecte toujours près d’un milliard et demi annuellement dans l’industrie. C’est aussi l’unique raison du retrait canadien du Protocole de Kyoto. C’est l’essence de la nouvelle ouverture du Canada à la Chine. C’est la raison de la création récente d’un nouvel Institut canadien international pour les industries extractives et le développement alors qu’on ferme les institutions comme Droits et Démocratie. C’est le fondement des attaques ouvertes contre les organisations environnementalistes canadiennes et québécoises, contre quiconque en fait qui trouverait à redire de cette stratégie. Exetera !

Avec son Plan Nord, Jean Charest démontre qu’il est toujours un conservateur dans l’âme car l’extractivisme est aussi sa seule et unique carte.

De Rio à Ottawa

À Rio, une mention toute spéciale, la seule du genre, fut faite au gouvernement du Canada en reconnaissance du rôle particulièrement néfaste de sa politique extractiviste nationale et internationale. Devant même les États-Unis, le Canada combat avec véhémence toute suggestion qui viendrait même faire ombrage à l’utilisation des combustibles fossiles comme principale source d’énergie mondiale.

Cette « nomination » canadienne révèle clairement que la continuité du Sommet des peuples de Rio n’est pas une autre Sommet quelque part dans « l’ailleurs ». Si nous voulons être conséquent avec ces communautés chez nous et à l’étranger qui sont affectées par la politique canadienne, l’enjeu déterminant des prochains mois sera le travail que nous effectuerons ici, très précisément contre cette politique extractiviste, contre la production et la distribution des pétrole des sables bitumineux. Nos luttes ici sur ces questions auront un impact international.

Une Alliance des peuples

Depuis quelques mois, des rencontres se tiennent à Montréal, Ottawa Toronto, Vancouver et ailleurs. D’autres sont prévues dans les prochaines semaines à St-John, à Calgary, à Winnipeg… à l’ordre du jour, un constat partagés de part et d’autres sur l’urgence de construire de nouvelles alliances entre notamment les progressistes du Québec, du Canada et des Premières Nations avec, comme l’un des axes central, la question environnementale.

En novembre 2012, à Ottawa, une première Assemblée de Fondation de ce nouveau « Forum des peuples » est prévue. Elle regroupera des individus et des organisations désireuses de sortir des carcans habituels, de briser les barrières historiques et d’unir nos forces contre les politiques de Stephen Harper.

Je sais que vous en serez…

<a class="addthis_button_preferred_1"><a class="addthis_button_preferred_2"><a class="addthis_button_preferred_3"><a class="addthis_button_preferred_4"><a class="addthis_button_compact"><a class="addthis_counter addthis_bubble_style">

À propos de Michel LAMBERT

Co-fondateur en 1994 puis Directeur général d’Alternatives entre 2007 et 2020, Michel Lambert fut Président de l’Association québécoise des organismes de coopération internationale de 2017 à 2020. Il a travaillé au rapprochement des groupes et organisations de la société civile, d’ici et d’ailleurs pour la promotion des principes de la démocratie, de l’égalité et de l’équité pour tous.

Il a tour à tour développé plusieurs des programmes de solidarité internationale d’Alternatives en plus de lancer et animer de multiples campagnes de justice sociale au Québec et au Canada. Il a dirigé l’antenne d’Alternatives en République démocratique du Congo entre 2002 et 2005 avant de prendre la direction de l’organisation en 2007.

Michel Lambert fut membre du Conseil de Gouvernance d’Alternatives International , du Conseil d’administration d’Alliance syndicats et tiers-monde. Il a aussi été membre des Conseils de l’AQOCI entre 2009 et 2013, de l’Association pour le progrès des communications (APC) entre 2008 et 2011 puis entre 2017 et 2020 et de Food Secure Canada entre 2009 et 2012

Il a représenté Alternatives au Conseil International du Forum social mondial et au sein de diverses coalitions québécoises et canadiennes dont notamment, les coalitions Pas de démocratie sans voix, Voices/voix. le Réseau québécois de l’intégration continentale - RQIC et plus récemment au comité de coordination du Front commun pour la transition énergétique .

Michel Lambert a joué un important rôle de mobilisation et de construction lors du Forum social des peuples tenu à Ottawa en août 2014 .

En 2018, il confondait Cultiver Montréal, le réseau des agricultures montréalaises.

En 2020, il a contribué à la création du FISIQ, le Fonds d’investissement solidaire international du Québec.

Suivez Michel Lambert sur Tweeter

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagez cet article sur :

  •        
Articles du même auteur

Michel LAMBERT

« Québec ZéN » : S’unir pour une transition énergétique juste

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

industrie extractive

Le sang de la terre - Épisode 3 - Carlos Choc (3/3 - épilogue)

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca