Après Bush

vendredi 7 novembre 2008, par Pierre BEAUDET

Bien peu de gens aux États-Unis et dans le monde vont regretter George W. Bush qui a mené son pays à la ruine et la planète en entier sur le bord du gouffre. Beaucoup de gens aux États-Unis et dans le monde ont été réjouis de l’élection de Barak Obama, le premier Noir à être élu dans un pays qui il n’y a pas si longtemps pratiquait l’esclavage.
À plusieurs égards, la société étatsunienne nous surprendra toujours avec ses excès et son exubérance, tant pour le pire que pour le meilleur.

Il faut se souvenir en effet que c’est aux États-Unis que quelques unes des plus grandes mobilisations sociales se sont produites, tel justement le mouvement des droits civiques. Le syndicalisme de masse est également né aux États-Unis, on a tendance à l’oublier, dans les grandes usines d’automobile notamment, maintenant désertées par les délocalisations industrielles des dernières années. Le féminisme moderne, l’écologie politique et tant d’autres choses encore ont commencé dans ce pays immense divisé par tant de fractures sociales, culturelles, ethniques, politiques.

L’élection d’Obama ne peut donc pas être prise à la légère ni avec cynisme. C’est une grande victoire populaire d’avoir élu, non seulement un candidat noir, mais aussi un des rares opposants explicites à la guerre en Irak.

La question à 64 millions de dollars est évidemment, que va-t-il se passer maintenant ? Il faut dire que la crise financière créée par des années de financiarisation débridée et de néolibéralisme sauvage n’est pas à la veille d’être résorbée. Il faudra toute une réorganisation, et non seulement le « sauvetage » à la pièce des banques. Par contre, la chose a été déjà faite dans les années 1930 par le Président Roosevelt et son « new deal » qui avait impliqué un grand compromis social, une disciplinisation des conglomérats, la syndicalisation massive, de grands projets d’infrastructure, etc. À date en tout cas, on n’a pas entendu Obama s’avancer sur ce terrain. De plus, ses propres conseillers, qui semblent venir surtout de la précédente administration démocrate de Bill Clinton, se présentent davantage comme des néolibéraux à « visage humain » plutôt que des réformistes du genre New Deal.

L’autre grand dilemme évidemment est celui de la guerre que les États-Unis, dans une large mesure, ont déjà perdu en Irak, du moins par rapport aux objectifs de départ de Bush, qui étaient de procéder à la « réingénierie » du Moyen-Orient. Devant l’échec de cette tentative, Washington a opté pour une politique de destruction et de fragmentation de l’Irak, tout en continuant les menaces contre la Syrie, l’Iran, la Palestine. Comment Obama va se démêler de tout cela ? Les pessimistes craignent un « relookage », et non une réorientation, de la politique étrangère des États-Unis. Encore là, les nominations en cours des proches du Président indiquent plus de continuité que de rupture. Les priorités pourraient rester le contrôle des ressources énergétiques de la région et l’alliance inconditionnelle avec l’État israélien.

Cependant, tout n’est pas perdu. Les observateurs aguerris comme Mike Davis, professeur à l’UCLA (Los Angeles) rappellent avec raison que même Roosevelt ne pouvait rien faire sans une forte pression de la base, qui s’était manifestée à l’époque sous la forme de grèves de masses et de mobilisations dans plusieurs secteurs de la société. Selon Davis évidemment, rien ne va se passer avec Obama sans des mouvements immenses qui feront pression contre la droite. Est-ce pensable ? En mai 2006, plusieurs centaines de milliers d’immigrants légaux et illégaux sont sortis dans la rue pour demander des conditions décentes et la fin de la répression dont ils sont victimes. Exception ou début d’un temps nouveau, cela reste à voir.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Articles d’Alternatives

Les gilets jaunes de France : six mois de lutte (2/2)

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Pierre BEAUDET

Le Forum social des peuples ou comment réparer des pots cassés …

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

États-Unis

La persécution de Julian Assange et ses répercussions sur la liberté de la presse au Canada

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca