Tunisie

Un référendum « très populaire »

samedi 1er juin 2002, par Journaliste tunisien

Les Tunisiens qui ont voté le 26 mai par référendum, pour entériner la modification de la moitié des articles de la Constitution, ont pulvérisé tous les records de participation et d’adhésion à une nouvelle constitution qui garantit, entre autres, une impunité pénale au chef de l’État, Zine Ben Ali, et une présidence à vie à peine déguisée.

Le taux de participation aurait atteint 95,59 % et le « Oui », symbolisé par un bulletin de couleur blanche, l’a emporté avec un chiffre d’un autre temps (99,52 %). Ainsi, sur les 3,5 millions de votants, la Tunisie compte très exactement 16 642 « ingrats » qui ont osé glisser, dans l’urne, le bulletin noir (!) du « Non ».

Sibyllines et creuses

Le discours officiel tunisien explique que cette écrasante majorité est le résultat logique d’une « adhésion massive et unanime du peuple autour de son président ».

Mais, l’explication des chiffres officiels (au demeurant impossibles à vérifier) est à chercher ailleurs que dans ces paroles aussi sibyllines que creuses. La version idyllique, entretenue par des médias audiovisuels et écrits entièrement assujettis au pouvoir en place, est loin d’être crédible.
Constamment harcelés, malmenés, interdits d’expression et épisodiquement emprisonnés (lire Alternatives de décembre 2001), les opposants tunisiens peinent à faire entendre leur voix à une population peu politisée et très bien quadrillée.

En effet, le parti au pouvoir depuis l’indépendance revendique 2 millions d’adhérents (sur une population de 10 millions !) et le nombre de policiers - chargés d’épier les faits et gestes d’une population soumise à un vide politique et culturel sans précédent, avoisine les 130 000.

Ainsi, les Tunisiens ont eu droit à une campagne référendaire « explicative » où le parti au pouvoir, le Rassemblement constitutionnel démocratique, ainsi que quatre minuscules formations de l’opposition autorisée ont fait campagne pour le « Oui ».

Formules magiques

Se cachant derrières les formules magiques de « république de demain » et de « nette avancée de la démocratie et des droits de l’Homme », les médias ont soigneusement évité de préciser les détails de cette « réforme » constitutionnelle.

Ainsi, l’amendement des articles 39 et 40 de la Constitution qui autorise désormais le président sortant à briguer deux autres mandats présidentiels quinquennaux (alors que son ultime mandat devait prendre fin en 2004), n’a suscité aucun débat.

Aucun débat non plus sur l’article 41 qui donne au chef de l’État une immunité judiciaire à vie unique au monde : « Le président de la République bénéficie d’une immunité judiciaire durant l’exercice de ses fonctions (Sic), [...et] après la fin de l’exercice de ses fonctions, pour tous les actes accomplis à l’occasion de l’exercice de ses fonctions. »

D’autres amendements qui renforcent le caractère « présidentialiste » du régime en rendant chimérique toute idée de séparation des pouvoirs, ont été décriés par une opposition généralement illégale, qui a appelé au boycott de ce qu’elle qualifie de « simulacre ».

La vice-présidente de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme, Souheïr Belhassen, n’a pas hésité à qualifier les résultats d’indécents « car, même dans les régimes dictatoriaux les plus fous, on n’oserait pas annoncer de tels chiffres ! ».(Reuters)

Ces derniers jours, l’opposition non officielle, constituée par une dizaine d’associations et de partis politiques, a multiplié les rencontres et les prises de position pour dénoncer le référendum.

Vice de forme

Même s’il a très peu de chances d’aboutir, un recours pour vice de forme visant à annuler les résultats du référendum a d’ores et déjà été déposé devant le Tribunal administratif. De nombreux opposants contestent la légalité du référendum soutenant que c’était à la loi (donc à la Chambre des députés) et non à un décret présidentiel d’en fixer les modalités.

Au ministre de l’Intérieur qui se félicite des résultats du référendum qui ont « montré le haut niveau de maturité politique atteint par le peuple tunisien », l’opposant Sadri Khiari répond en déclarant à Alternatives : « [ Ben Ali] devrait organiser très rapidement des élections présidentielles sans attendre 2004, car j’ai le pressentiment que s’il patiente jusque-là le peuple tunisien va reprendre la parole. »

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 08 - No. 09

Entre la vie et la littérature, là-bas, ici et ailleurs

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Journaliste tunisien

Une répression routinière

Plus d'articles :  1 | 2 | 3

Articles sur le même sujet

Politique

Tshisekedi, mission (im)possible ?

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca