Sommet mondial de la société de l’information

Tunisie : un pouvoir ébranlé

vendredi 18 novembre 2005, par Michel LAMBERT

« La liberté est la plus grande des valeurs ! Vos objectifs sont atteints car grâce à votre action l’isolement de la dictature est aujurd’hui total. Vous pouvez maintenant arrêter la grève en toute dignité car nous avons besoin de vous pour continuer la lutte ! » C’est en ces terme que la prix Nobel de la paix Shirin Ebadi est venue jeudi le 17 novembre, à Tunis, interpeller les 7 grévistes qui avaient entrepris le 18 octobre dernier une grève de la faim illimitée pour sensibiliser la communauté internationale aux nombreuses violations et atteintes aux libertés fondamentales en Tunisie.

Du 16 au 18 novembre, la Tunisie reçoit l’ultime rencontre du Sommet mondial de la société de l’information (SMSI). Le SMSI, organisé par les Nations Unies est un sommet où les États, les entreprises et la société civile doivent s’entendre sur l’avenir de l’internet, aussi bien sur le plan technique que juridique. La gouvernance d’internet, c’est-à-dire la régulation du réseau au niveau mondial, est certainement la question la plus chaude qui est débattue.

La Tunisie cependant est en proie à une véritable crise, et la situation ne cesse de se détériorer depuis l’interdiction imposée au Syndicat des journalistes tunisiens (SJT) et à la Ligue tunisienne de défense des droits de l’homme (LTDH) de tenir leurs congrès. Quelques jours avant l’ouverture de ce qui devait être le Sommet des droits humains dans la société de l’information, prévu pour se tenir en marge du SMSI, le pouvoir tunisien avait une nouvelle fois frappé fort, interdisant la tenue de l’événement et se permettant même de bousculer au passage plusieurs journalistes et délégués internationaux venu appuyer les groupes tunisiens.

Dans les jours qui ont suivi, plusieurs journalistes ont été agressés et harcelés et les abus se sont multipliés. Des ministres étrangers ont été bousculés dans la rue, d’autres comme le président suisse venu dire en plénière que la liberté de presse est un passage obligé pour tous les États modernes, se sont vus tout simplement censurés dans les reportages télévisés.

« Nous voulions révéler au monde une dictature, mais il n’y a pas de dignité qui ne se fonde dans la douleur. Tous les grévistes ici ont connu à diverses étapes de leurs vies l’emprisonnement ou la torture. D’autres ont subi l’exil...nous avons entrepris cette grève ensemble et nous allons la terminer ensemble ». C’est en ces mots que répondait au nom du groupe M. Yahyaoui, un des grévistes devant plus d’une centaine de journalistes étrangers et délégués du SMSI, émus et solidaires.

Le groupe annonça du même coup qu’il allait se réunir plus tard pour prendre une décision collective sur la continuation ou l’arrêt de la grève. La décision finale fut rendue publique aujourd’hui 18 novembre, à 11h00. Le groupe a mis fin à sa grève.

Les grévistes de Tunis ont reçu des appuis de partout en Tunisie et dans le monde et pour une rare fois hier, aucun policier ne s’est pointé pour mettre fin à leur action publique.

... un pouvoir ébranlé ?

À propos de Michel LAMBERT

Directeur Général

Co-fondateur d’Alternatives, et actuel co-Président de l’AQOCI, Michel Lambert est convaincu de l’importance de regrouper les groupes et organisations de la société civile, ici et ailleurs pour promouvoir les principes démocratiques, l’égalité et l’équité pour tous.

Il a tour à tour développé plusieurs des programmes de solidarité internationale d’Alternatives en plus de lancer et animer de multiples campagnes de justice sociale au Québec et au Canada. Il a dirigé l’antenne d’Alternatives en République démocratique du Congo entre 2002 et 2005 avant de prendre la direction de l’organisation en 2007.

Michel Lambert est membre du Conseil de Gouvernance d’Alternatives International et du Conseil d’administration d’Alliance syndicats et tiers-monde. Il a aussi été membre des Conseils de l’Agence québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI) entre 2009 et 2013, de l’Association pour le progrès des communications (APC) entre 2008 et 2011 et de Food Secure Canada entre 2009 et 2012

Il représente enfin Alternatives au Conseil International du Forum social mondial et au sein de diverses coalitions québécoises et canadiennes dont notamment, les coalitions Pas de démocratie sans voix, Voices/voix et le Réseau québécois de l’intégration continentale - RQIC.

Michel Lambert a joué un important rôle de mobilisation et de construction lors du récent Forum social des peuples tenu à Ottawa en aout 2014

Suivez Michel Lambert sur le Journal des alternatives , le Huffington Post Québec , Rabble.ca ou sur Tweeter

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Articles d’Alternatives

La défaite du gouvernement Harper donne des ailes à l’AG d’Alternatives

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Michel LAMBERT

A Baghdad, le Forum Social retrouve toutes ses lettres de noblesse

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Répression

La persécution de Julian Assange et ses répercussions sur la liberté de la presse au Canada

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca