Journal des Alternatives

Partenaires

Dakar

Troisième Rencontre Internationale sur la Globalisation de la Solidarité

Alternatives, 23 septembre 2005 à 11:59

La Troisième Rencontre Internationale sur la Globalisation de la Solidarité se tiendra à Dakar, au Sénégal, du
22 au 26 novembre 2005. Plusieurs organisations de la société civile québécoise impliquées dans le secteur de l’économie sociale et solidaire seront présentes à cette rencontre.

Historique des rencontres
En 1997 il était prévu par des groupes et réseaux péruviens de tenir un séminaire pour 50 personnes. L’objectif principal était de regarder à la loupe l’étendue croissante d’innovations de développement communautaires et sectorielles qui introduisaient des changements positifs, tant économiques que sociaux au sein des populations les plus démunies du pays. Incroyable mais vrai, la
manifestation réunit 235 personnes, venues de 21 pays différents.

Il sortit de ces quelques jours de débats une vision du développement social et économique qui trouve sa source dans la réponse aux besoins fondamentaux des hommes et des femmes, l’importance centrale de la communauté au sein de laquelle ils vivent, le respect des ressources limitées de la vie que fournit l’environnement naturel. Il s’agit d’une vision qui place les éléments sociaux, culturels et environnementaux au même rang que l’économique. Le challenge de Lima, il y a tout juste 7 ans, est la transformation de nos priorités économiques et de nos pratiques qui rompent avec l’optimisation des profits et l’accumulation des capitaux. Cette approche place la solidarité sociale au centre des priorités du développement.

Après Lima, le mouvement de l’économie sociale au Québec qui évolue rapidement à ce moment là, décide de relever le défi de mettre en oeuvre une deuxième conférence en 2001. Des participants venus du Canada, de l’Europe, de l’Afrique et de l’Amérique Latine se consacrent à la clarification des contours et à la diversité des actions qui constituent l’économie sociale et solidaire. Ces travaux se trouvent enrichis par une analyse élargie à son contexte. Certes, de réels progrès et des innovations sont réalisés pour
faire face à une gamme complexe de défis. La conférence de
Québec affirme sa résistance aux dégâts que provoque le modèle néo-libéral de développement qui accroît la pauvreté et la marginalisation. En même temps le challenge est lancé à tous les participants de continuer à innover et à construire des alternatives qui fournissent un espoir concret et des moyens nés de l’engagement de la société civile.

Des décisions sont prises à Québec : d’établir une commission internationale de liaison, composée au départ de 6 personnes de chaque continent. Sa responsabilité est de guider les travaux du réseau en émergence. Des Rencontres internationales à des intervalles réguliers sont jugées nécessaires afin de construire les débats et les réseaux, et de développer des stratégies permettant d’élever l’économie solidaire au rang mondial. Ces Rencontres sont
prévues en alternance entre le Nord et le Sud. Après Lima et Québec, les troisièmes sont prévues à Dakar, au Sénégal.

Qu’est-ce que le rendez-vous de Dakar ?
* La mission de la Rencontre de Dakar est d’approfondir notre analyse collective à partir de l’examen des pratiques innovantes ainsi que du contexte local, régional, national continental et international dont elles sont issues ;

* C’est un rendez-vous de capitalisation et de construction d’une vision pour traduire l’espoir de changement en axes concrets ancrés dans le vécu des acteurs issus des peuples du Nord et du Sud. Faire des diversités interculturelles un levier de développement économique et social. Donner une perspective politique au projet d’économie sociale solidaire ;

* Elle valorisera la mise en réseau et le partage d’expériences qui sont des modèles d’autonomisation des collectivités où elles se déroulent ;

* Ces expériences doivent aussi s’inscrire dans une logique de transformation sociale, de projet alternatif de société : la réflexion doit aussi toucher les politiques sociales, les politiques commerciales et la dimension interculturelle ;

* Un travail particulier sera réalisé pour l’affirmation d’une logique globale de reconnaissance de nouvelles compétences, de développement de la citoyenneté, et d’adoption de nouveaux indicateurs qualitatifs de développement ;

* Cinq thèmes principaux seront abordés en ateliers :
1. Finances Solidaires
2. Alternatives populaires aux modèles de développement privées et étatiques
3. Le développement local
4. Le commerce équitable et le commerce éthique
5. La promotion de l’économie sociale et solidaire

Pour plus d’informations :
http://www.uqo.ca/ries2001/LesRencontres/AccueilRencontre.html