Journal des Alternatives

Partenaires

Selon le National Post, après KAIROS, Alternatives serait la prochaine organisation de solidarité dont le programme serait rejeté par la Ministre de la coopération internationale !

Michel LAMBERT, 5 décembre 2009

(Montréal, le 5 décembre 2009) Le 30 novembre dernier, l’ONG Kairos, une organisation de solidarité internationale basée à Toronto apprenait que son programme de coopération avec l’Agence canadienne de développement international (ACDI) n’allait pas être renouvelé. Se concluait ainsi une histoire longue de 35 ans durant lesquels Kairos a pu appuyer des organisations citoyennes du Sud actives sur des enjeux sociaux et environnementaux.

Le 4 décembre, c’était au tour d’Alternatives de recevoir un coup de téléphone du journaliste John Ivison nous apprenant que, selon « ses sources – de Ottawa et non de l’ACDI ! », une décision similaire aurait été prise qui couperait, au moins, le financement programme de l’organisation. Ces mêmes sources associent de plus abusivement Alternatives au terrorisme, au Hezbollah, au Hamas, aux Talibans ; des accusations évidemment invraisemblables, mensongères et de toutes évidences inventées.

Dans les faits, Alternatives attendait depuis mars dernier (comme Kairos !) un renouvellement de son programme de base valant 2.7 millions desquels 25% devait provenir de source de financement autonome. Ce programme allait permettre d’appuyer des groupes sociaux en Irak, en Haïti, en République démocratique du Congo, en Afghanistan et en Amérique Centrale. Les thématiques abordés sont la lutte au changements climatiques (Haïti), les droits des femmes et des minorités (Irak), l’accès à l’information (RDCongo), le développement rural (Afghanistan) et les droits des travailleurs et travailleuses (Amérique centrale - un projet qui devait se réaliser en coopération avec la Confédération des syndicats nationaux - CSN).

Un dernier volet – engagement des canadiens – visait à permettre de tenir annuellement les « journées Alternatives », une tradition vieille de 15 ans qui réuni les membres et sympatisants d’Alternatives ; de publier le « Journal Alternatives » distribué depuis 15 ans dont les sept dernières dans le quotidien indépendant « Le Devoir » de même que d’appuyer la participation des canadiens dans la mouvances Forums sociaux mondiaux.

Tous ces projets ont été développés en collaboration avec nos représentants à l’ACDI, lesquels n’ont jamais, d’aucune façon, mentionné qu’ils ne correspondaient pas aux priorités de l’Agence.

Au delà de cette menace de coupure toujours non-confirmée par les représentants de l’ACDI ou du Ministère de la coopération, les arguments soulevés par le National Post qui cite d’ailleurs Tom Quiggin du magazine « Global Brief » sont si abusifs qu’ils pourraient sans doute être retenus dans une cause en diffamation ! Leurs « analyses » associent grossièrement par exemple la présence de nos partenaires du Niger, de la Palestine ou du Brésil durant nos journées d’étude à des guerres civiles, des génocides, de la fraude, et bien sûr au terrorisme !!! Ils présentent le travail de solidarité et les débats de nos membres sur des enjeux cruciaux du monde actuel comme une « outrage aux contribuables canadien » et vont jusqu’à laisser entendre que le seul fait de la présence de nos bureaux au Canada – alors que nous sommes censé aider le sud – est en soit révélatrice de quelque chose de malsain, ciblant au passage l’ensemble de la centaine d’organisations membre du Conseil canadien de la coopération internationale et la soixantaine de membres de l’Association québécoise des organisation de coopération internationale (AQOCI), tous basés au Canada et donc suspects !, bien qu’œuvrant en première ligne pour la justice sociale, l’aide humanitaire et le développement économique et démocratique. Enfin, ils omettent bien sûr de mentionner le support qu’Alternatives obtient chaque année de plus de 20000 donateurs canadiens de même que celui de plusieurs personnalités bien en vue comme l’Archevêque et prix Nobel de la paix, Desmond Tutu, Noam Chomsky ou Margaret Atwood.

Advenant la confirmation dans les prochains jours de la nouvelle de ce matin, tout porte à croire que messieurs Quiggin et Ivison ont déjà entrepris une sale campagne visant l’élimination du dangereux glaire de la solidarité internationale.

Dans ce contexte, ce n’est plus seulement Kairos et Alternatives qui sont en jeux ici, c’est tout le secteur de la coopération internationale et l’ensemble des acteurs progressistes oeuvrant pour la justice sociale et pour l’environnement qui sont menacés.

Blogues

+