Journal des Alternatives

Partenaires

Seize jours pour lutter contre la violence faite aux femmes

Manuelle Ann Boissonneault, 25 novembre 2007

Alternatives s’associe avec l’Association pour le progrès dans les communications (APC) dans le cadre d’une campagne collaborative menée par des usagers des technologies de l’information et des communications (TIC), des militant-es pour les droits humains, des collectifs et des organisations qui refusent d’accepter l’omniprésence de la violence à l’égard des femmes présente dans nos différentes réalités.

La campagne Réapproprie-toi la technologie vise à utiliser les nouveaux médiums de communication pour enrayer la violence faite aux femmes. Envoyer des textos, appuyer des pétitions en ligne, faire des cartes postales numériques, prendre des photos, jouer avec la radio font partie des actions mises à la disposition des usagers des TIC afin de les encourager à prendre contrôle de la technologie et à l’utiliser de façon judicieuse pour changer les relations de pouvoir inégales. Il ne reste plus qu’à choisir sa technologie et agir !

Initiée par le Programme d’appui aux réseaux de femmes (PARF) de l’Association pour le progrès des communications (APC) en 2006, la campagne fait partie de l’initiative des 16 jours d’action contre la violence basée sur le genre. Cette année, les 16 jours sont articulés autour du thème Demander la mise en oeuvre, défier les obstacles : finissons-en avec la violence faite aux femmes.

Plus de 2000 organisations provenant de 154 pays ont participé, depuis 1991, à la Campagne internationale de lutte contre la violence basée sur le genre, qui célèbre cette année ses 16 ans d’existence. La période stratégique choisie pour le déroulement de la campagne fait le pont entre des dates importantes de la lutte pour les droits humains soit la Journée internationale contre la violence faite aux femmes, le 25 novembre, et la Journée internationale des droits humains, le 10 décembre, afin de signifier le lien fondamental existant entre ces luttes et que l’une ne peut aller sans l’autre.