Journal des Alternatives

Mini guide

Remettre l’OMC à sa place

De Susan George, vice-présidente d’ATTAC (Association pour la taxation des transactions financières pour l’aide aux citoyens).

Daphnée DION-VIENS, 1er juin 2002

« Pour l’OMC, le commerce est une valeur se situant au-dessus de tout autre considération, qu’elle soit politique, culturelle, sanitaire ou écologique », affirme d’entrée de jeu l’association ATTAC dans ce manuel qui explique l’ABC de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Accessible, clair et concis, ce petit guide permet un survol rapide des principaux enjeux reliés à l’OMC. En une vingtaine de courts chapitres, les rouages de l’organisation sont exposés au grand jour. On y présente sa genèse, son fonctionnement et ses dangers, avec exemples à l’appui, sans manquer de dénoncer au passage l’idéologie néolibérale qui domine les négociations des différents accords commerciaux.

En plus de démontrer clairement comment les instances décisionnelles de l’organisation sont au service des grandes entreprises, l’auteure explique comment les fondements même de l’organisation représentent une menace pour les petites économies, que ce soit par l’interdiction de protéger les marchés locaux ou d’accorder des traitements de faveur aux nations plus défavorisées. Les différents accords en négociation sont aussi expliqués un à un, notamment l’Accord général sur le commerce des services (AGCS), qui étend l’emprise de l’OMC à tous les services, tant au niveau local, régional que national.

ATTAC ne se limite pas qu’à un exposé du fonctionnement de l’OMC, mais y va de ses recommandations pour créer « un nouvel ordre commercial plus juste » qui passe par la suppression ou la transformation profonde de l’Organisation mondiale du commerce. Pour que cesse le triomphe du commerce au détriment des valeurs humaines.


REMETTRE L’OMC À SA PLACE, de Susan George, Paris, Éditions Mille et une nuits, 2001, 111 pages.