Journal des Alternatives

Partenaires

Refuge de tous les dangers à Rabat

Lamia KAGHAT, 9 février 2009

Depuis quelques années, le Maroc est devenu ce que l’on appelle, un pays de transit . Ce phénomène est frappant surtout dans le quartier populaire, Takadoum, en plein centre de la capitale. Ce quartier est ce lieu accessoirement dit de séjour par défaut, et ce, pour un nombre relativement important de migrants en situation administrative irrégulière en provenance essentiellement de pays d’Afrique subsaharienne.

Depuis quelques années, le Maroc est devenu ce que l’on appelle, un pays de transit. Ce phénomène est frappant surtout dans le quartier populaire, Takadoum, en plein centre de la capitale. Ce quartier est ce lieu accessoirement dit de séjour par défaut, et ce, pour un nombre relativement important de migrants en situation administrative irrégulière en provenance essentiellement de pays d’Afrique subsaharienne.

Ce n’est un secret pour personne , le quartier le plus dangereux de la capitale , est devenu le « quartier des africains ». Tous le monde le sait, pourtant les Subsahariens font tout pour éviter qu’on les remarquent. Ils ont même des règles de discrétion et de prévention, surtout par rapport à la police : ils ne se promènent jamais en groupe, ne se réunissent pas dans des lieux publiques et ne fréquentent pas les cafés . Même que pour rentrer chez eux, ils rasent les murs . Malgré toutes ces précautions, le
« délit de faciès » les rattrapent. Plusieurs le ressentent au travail ou dans leur quotidien. La plupart des Subsahariens ne comprennent d’abord pas ce comportement du peuple par rapport à leur couleur de peau, alors que les marocains sont eux mêmes africains. Et ils comprennent encore moins cette chasse à l’homme ouverte contre eux. En effet, depuis les derniers événements de CEUTA / MELILIA en 2005, ce quartier de Rabat est devenu en quelques années, le refuge de milliers de Subsahariens. Face aux forteresses de ces deux enclaves espagnoles, ils préfèrent attendre le moment venu , et se réfugier en attendant dans ce quartier, tel qu’ une escale obligée de transit.

Exploités, maltraités, ces Subsahariens sont parfois la cible facile de certains employeurs qui n’hésitent pas à profiter de leur situation pour les exploiter. Ils sont pour la plupart payés 50% de moins qu’un marocain, si ce n’est encore moins. On peut l’observer comme c’est le cas dans les Hammams, où l’on y trouve aujourd’hui plus d’Africains que de marocains.

Aujourd’hui ces clandestins sont victimes aussi bien du peuple que de l’Etat. En effet, depuis ce phénomène , cette zone franche de brigands ouvre encore plus les portes à toutes sortes de vices, sans aucun scrupule. Pour le rêve européen, par esprit de survie ou encore pour payer les dettes en suspens de leur traversée périlleuse, ils sont nombreux à travailler dur à travers des petits boulots : Cordonniers, maçons ou encore ouvriers du bâtiment. Mendicité parfois. Et tout cela au « noir », à un prix forfaitaire journalier. Par exemple, pour des chantiers de construction, un camion vient dans le quartier transporter ces ouvriers clandestins et les ramener à point nommé. Avenir incertain , pain incertain. Cette précarité à l’encontre de la dignité humaine, dénigre toutes les valeurs de l’Homme. La solidarité les sauve mais parfois elle ne suffit pas.

Devant la peur et l’incompréhension face à cette traque : La plupart travaillent dans le quartier et évitent d’en sortir par mesure de sécurité. Certains, quant à eux, travaillent à l’extérieur sur le marché de Douar Lhajja : c’est le cas par exemple de ce cordonnier qui suit le même rituel depuis trois ans . Mais rares sont ceux qui prennent ce risque. Tout ceci parce qu’ils ont conscience qu’« au Maroc on n’est pas des clandestins mais des sans papiers », comme l’a si bien souligné Hicham Rachidi, membre du réseau Migre Europe pour les droits des migrants. En effet, il n’y a pas de mystère , et ce, même pour ceux qui détiennent des papiers de demandeurs d’asile : ceux là savent d’avance qu’ils n’obtiendront jamais leur statut officiel ni même officieux. Le facteur temps est à oublier.
Après les employeurs, il y a ces marchands de sommeil, qui leur louent des chambres à des prix abusifs et exorbitants : dans des rues étroites, dans certains sous sols de maisons délabrées, vivent plusieurs Subsahariens entassés dans une seule et même chambre. Ils leur arrivent même de dormir à trente dans la même pièce . Leurs conditions de vie sont abominables : ils vivent dans des taudis sombres mal aérés, sans aucune intimité. D’ailleurs, ce n’est pas étonnant de voir que dans ce quartier, il existe un grand nombre de personnes touchées par la gale. En 2008, il est vraiment choquant de constater que cette maladie existe toujours. Mais pour eux ce toit n’as pas de prix, « on préfère cela plutôt que d’être dans la rue parce qu’on ne sait jamais ce qui peut y arriver. Ici, c’est plus sûr », avance l’un des locataires des lieux.

Face à cette insécurité permanente, à Takadoum, il existe désormais une réelle organisation du quartier. Il y a pour commencer deux clans, d’ un côté les africains anglophones et de l’autre les francophones. Et pour éviter qu’ils ne se croisent pas, chacun a son propre secteur. Le quartier est ainsi divisé en deux. Il vaut mieux, sinon cela pourrait dégénérer. Les affrontements, s’il y a lieu, se font sur un terrain d’affrontement, créé pour l’occasion. Fréquents, ces combats sont très violents, et même que certains y ont parfois même laissé leur vie. Les Nigériens, et les anglophones sont en général plus sanguinaires. Et c’est ceux qui se prêtent le plus souvent aux activités criminelles à travers des réseaux de crime organisé. Dans les rues de ce quartier, l’on rencontre aussi, régulièrement un ou plusieurs « chairman » qui sillonnent les rues accompagnés de deux gardes du corps. Un "chairman" est attribué pour chacune des nationalités de la communauté (malienne, sénégalaise , etc..). Son rôle est de racketter régulièrement, et de ramasser le pactole au sein de sa communauté. C’est un véritable réseau qui s’est créé et les nigériens sont les plus montrés du doigt : vente de stupéfiants, falsification de billets, et tout cela à leur compte sous la supervision de marocains. Entre bons et méchants, ces clandestins ne savent plus où donner la tête et de qui se méfier dans leur propre communauté.
En outre, dans ce quartier où les règles sont établies , l’atmosphère fait même fuir la police, qui ne s’y rend qu’avec une brigade et des renforts pour des rafles surprises et ponctuelles. Comment alors entre malfrats et policiers, les « bons » clandestins peuvent-ils survivre dans cet enfer ?

Certains se sont créés leur bulle à travers leurs origines, et s’y sont accommodés. D’autres souffrent malheureusement de dépression profonde . Et pour le reste, ils s’accrochent à leur foi religieuse, même qu’une chorale 100% africaine a été créée au sein de l’église évangélique de Rabat. Ils ont, en quelque sorte, redonné à cette église une âme oubliée. De plus l’action des associations, joue un rôle prépondérant dans leur vie quotidienne : ses membres actifs leur apportent par exemple des couvertures, prennent de leur nouvelles , les sensibilisent sur certaines maladies transmissibles, et bien d’autres choses encore.

Omar est de ceux qui militent pour cela : tous les jours, il se montre disponible et à leur écoute. Il consacre quotidiennement tout son temps aux Subsahariens de Takadoum. Il connaît toutes les rues et ses recoins, toutes les histoires, toutes les joies, tous les rêves des ses habitants clandestins. Cette accessibilité, il la doit à son biculturalisme africain (anglophone et francophone), à son expérience , et surtout à ses actions spontanées au nom de l’humanité tout simplement. Bon ou mauvais, c’est vrai que l’on ne peut pas savoir qui sont exactement ces clandestins qui envahissent les rues de ce quartier, ou encore qui d’entre eux mérite de réaliser le rêve européen. Mais les laisser vivre de cette façon sans dignité aucune, sans valeur, sans intimité, sans vie , c’est être à l’opposé de ce que dicte la convention de Genève sur les droits de l’homme. C’est tout simplement un crime que de se taire ou ne rien faire. Comment l’opinion internationale, peut-elle être si amnésique et ne se concentrer que sur le rôle qu’elle a assigné au Maroc , celui de « gendarme » de l’Europe ? Le Maroc ne peut y arriver seul ? Il faut traiter les dossiers au cas par cas pour comprendre leur histoires, imposer des règles et des mesures bien établies dans le respect de la dignité humaine. Pressé d’obéir et de montrer leur efficacité, les gendarmes marocains prennent vite fonction pour organiser des rafles et envoyer ces clandestins du quartier de l’autre côté de la frontière en catimini.

Explications : Le Maroc n’a désormais plus de pouvoir quant à la décision d’octroyer le statut de réfugié aux migrants subsahariens, demandeurs de droit d’asile. D’après l’analyse juste de M. Mehdi Lahlou, rédacteur de plusieurs rapports sur la migration subsaharienne : « On assiste actuellement à une politique d’externalisation du flux migratoire. Le Maroc s’occupe de recevoir uniquement les demandeurs d’asile. » Par conséquent,« le problème est ailleurs. Le Haut commissariat aux réfugiés ne doit pas satisfaire les exigences européennes en interdisant aux personnes persécutées d’atteindre leur destination, c’est-à-dire l’Europe », nuance M. Khalid Jemmah, président de l’Afvic. Sans réponse aucune, le Maroc se contente depuis d’appliquer un seul et unique principe consistant à expulser les immigrés clandestins, vers le pays - généralement l’Algérie - qu’ils ont traversé pour entrer dans le royaume. Mais tous cela secrètement, puisque les frontières terrestres sont officiellement fermées. A l’insu des autorités algériennes, l’on risque d’assistée bientôt à ce que l’on appellerait une expulsion massive vers l’Algérie.

Les associations tel que Attac-Maroc rappelle combien cette gestion purement répressive et sécuritaire des flux migratoires, est loin d’apporter une quelconque solution au dossier migratoire. En plus qu’elle ne fait qu’exacerber les tensions, au prix de nombreuses souffrances et dangers pour des personnes qui, précisément, ont fui leurs pays à cause de tout cela. Fuir une persécution pour une autre impunie, c’est le résultat des faits de cette gestion arbitraire. Parmi ceux-ci il y a lieu de relever plus particulièrement l’absence quasi-systématique du recours à la justice avant toute décision de refoulement ou d’expulsion de migrants (contrairement à ce que prévoit même la loi 02-03). Détenteurs d’un récépissé du HCR ou pas, femmes, enfants, malades, tous y passent et sans ménagement quelconque. Pareil à du bétail, en omettant l’aspect humain, ils les laissent sans manger durant tout le chemin. Sans suspens aucun, aux abords de la frontière algérienne, ces personnes interceptées sont réparties en quatre groupes. Puis lâchées en plein désert. Pour les obliger à avancer vers l’autre côté de la frontière, les forces de l’ordre marocaines tirent parfois même dans l’air, et sèment ainsi la panique. Quelques uns sont souvent blessés du fait de l’obscurité et des terrains accidentés, racontent certains.

Médecins sans frontières a dénoncé ces actes , en demandant d’assister au moins les personnes malades et les femmes enceintes, durant le trajet. Mais en vain. Par ailleurs, la Commission espagnole d’aide aux réfugiés (Cear) révoque, de sources sûres, la manière violente dont sont conduites ces opérations : « La police marocaine est connue pour sa violence envers les Subsahariens, la déportation des femmes enceintes, des enfants et les agressions sexuelles contre plusieurs femmes aussi. »

La plupart de ces clandestins abandonnés dans les forêts frontalières reviennent sur Oujda dans un état critique et malgré cela mettent toute leur énergie pour retourner à Takadoum.

D’après l’OMI (Office des migrations internationales) , de plus en plus de migrants en situation irrégulières veulent retourner chez eux, mais n’ont pas les moyens. D’autres ont honte de retourner bredouille. Alors même s’ils savent que l’Europe n’est plus un Eldorado, ils préfèrent aller jusqu’au bout . Et retournent donc se réfugier à Takadoum en attendant. De plus, comme l’avance si bien Hélène Flautre, députée européenne et présidente de la sous-commission des droits de l’Homme : « Les violations massives des droits de l’Homme qui viennent de se dérouler au Maroc sont scandaleuses, elles doivent immédiatement cesser. Les traitements inhumains et dégradants infligés aux migrants, notamment dans le camp militaire prés de Oujda, sont inadmissibles, ils constituent une violation grave des engagements internationaux du Maroc. Une enquête indépendante doit être diligentée et les auteurs poursuivis avec la plus grande fermeté. Les réfugiés et les demandeurs d’asile, détenteurs de documents du HCR ne peuvent en aucun cas être expulsés. Enfin les expulsions collectives sont condamnables en toutes circonstances. »

Alors, quand est-ce que l’Europe arrêtera de se voiler la face et de nier une évidence : celle de devoir travailler et s’unir avec les associations, toutes les politiques et les experts, pour arriver à un consensus, et à un processus qui sauvent ces personnes de cette misère humaine ? Quand est-ce que l’Europe arrêtera de sous-traiter sa lutte contre l’immigration illégale au-delà de ses frontières, et notamment en Afrique du Nord, au détriment de plusieurs peuples ? Il est temps de réguler ces flux, avant qu’il ne soit trop tard. Il faut se rendre à l’évidence, comme l’a si bien dit Martin Luther King : « tous les progrès sont précaires, et la solution d’un problème nous confronte à un autre problème ». Si les politiciens ne l’ont pas compris, les Subsahariens de Takadoum, oui. Et c’est ce qui explique pourquoi la plupart des ex-immigrants clandestins, osent revenir à Takadoum, le quartier qui signifie le progrès en français. Pour eux le MAROC n’est pas un pays d’accueil mais un pays de transit uniquement. Ce n’est qu’une question de temps.