Journal des Alternatives

Partenaires

Prêter l’oreille

Catherine BINETTE, 26 octobre 2003
Photo : © Dominic Morissette

13 décembre 1981. Coup d’État en Pologne, le général Jarzelski s’empare du pouvoir. Marek Zielinski a alors 21 ans. Voulant fuir le régime dictatorial et échapper au service militaire, Marek part pour la France, qui lui offre l’asile politique, avant de s’installer au Québec

À Paris, il entame des études en communication et milite avec le réseau des ressortissants polonais pour la résignation du dictateur Jarzelski. Dans ses cours d’immersion de langue française, Marek rencontre celle qui deviendra sa femme, Luz Maria Garcia, d’origine mexicaine. Après neuf années passées en France, le couple désire partir à la découverte de nouveaux horizons. Pas question de retourner en Pologne ni de rentrer au Mexique. Marek admet que cette notion mythique du continent américain, qu’on lui a présenté tout au long de sa jeunesse en Pologne, l’a amené à venir s’établir en Amérique. Son attachement pour la culture et la langue française l’a finalement amené au Québec, en 1990.

Son processus d’immigration s’est fait sans douleur. Il faut dire qu’immigrer au Québec avec un passeport français a ses avantages…De plus, Marek avait déjà un grand réseau d’amis qui s’est fait un plaisir de l’accueillir. Il est bien conscient que son histoire n’est pas représentative du parcours d’une grande majorité d’immigrants, qui éprouvent parfois beaucoup de difficultés à se refaire une vie dans leur société d’accueil. Mais selon lui, le Québec est relativement bien préparé à recevoir des immigrants : « Le programme d’immersion en langue française, par exemple, est un bon outil pour l’intégration des nouveaux arrivants dans la culture québécoise. » Le Canada, comparativement à la France, « a des lois d’immigration beaucoup moins "kafkaiennes" », affirme Marek. Par exemple, devenir résident permanent français demande cinq longues années d’attente et de démarches, tandis qu’au Canada, cette période est limitée à trois ans.

Aujourd’hui, Marek et Luz réalisent finalement un projet qui leur trottait dans la tête depuis longtemps : la création d’un espace artistique. L’oreille de Van Gogh, ce café qui ouvrira ses portes prochainement à Montréal, dans le quartier de Verdun, sera un lieu de rencontre et d’apprentissage pour les artistes comme pour les citoyens. En plus de déguster une bonne tasse de café équitable et de manger des aliments biologiques, les gens pourront participer à divers ateliers d’art. Pour Marek et Luz, ce qui différencie leur café des autres, c’est l’aspect éducatif du projet. « En invitant les gens du quartier à s’exprimer à travers l’art, nous voulons participer à créer l’esprit de communauté », explique Marek. L’oreille de Van Gogh est le premier concept du genre à voir le jour à Verdun. Dans un quartier qui prend de l’expansion et qui se diversifie toujours davantage sur le plan culturel, offrir un lieu de rencontre et d’apprentissage est pour Marek sa façon bien à lui de souhaiter la bienvenue aux nouveaux arrivants.

Catherine Binette


Le café L’oreille de Van Gogh sera situé au 4800, rue Wellington à Montréal.