Mourir est beau ? Vraiment ?

vendredi 23 janvier 2004, par Stanley PÉAN

Alors que la table semblait mise pour célébrer avec la fierté qui s’impose le bicentenaire de l’indépendance d’Haïti, première république noire et plus pauvre pays d’Amérique, le constant climat d’insécurité qui n’a cessé d’empirer sous le règne controversé du président Jean-Bertrand Aristide nous pousse à craindre que le long et pénible apprentissage de la démocratie ne soit pas près de se terminer pour les arrière-petits-enfants de Toussaint-Louverture.

Un peu avant Noël, l’intelligentsia d’ici s’est sentie interpellée quand une lettre du poète et romancier haïtien Lyonel Trouillot (auteur des ouvrages Rue des pas perdus et Thérèse en mille morceaux), à son éditrice s’est mise à circuler à Montréal (on en a même fait écho dans Le Devoir). L’appel au secours signé par Trouillot, à titre de membre du Collectif NON - qui regroupe artistes et intellectuels militant pour la défense des libertés en Haïti - n’avait cependant pas pour but de nous inquiéter à son seul sujet ou de solliciter notre pitié. Ce n’est pas le genre de Trouillot, croyez-moi. Au contraire, la lettre visait à attirer l’attention sur la gravité de la situation pour les intellectuels dans la mire des sbires du régime aux abois, comme pour l’ensemble du peuple haïtien par ailleurs.

Depuis, le président Aristide - dont les opposants réclament le départ comme gage de l’enclenchement d’un processus démocratique digne du nom - a paradé comme si de rien n’était au Sommet des Amériques de Monterrey où il a certes promis de tenir des élections d’ici six mois. Comme c’est rassurant…

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le bonhomme aura mis moins de temps à passer du statut de prophète à celui de dictateur de facto qu’il n’en faut pour entonner le premier couplet de La Dessalinienne, l’hymne national d’Haïti. Est-il malveillant de rappeler que la République n’a plus de Parlement depuis le 13 janvier dernier, maintenant qu’a pris fin le mandat de ses 83 députés et des deux tiers de ses 27 sénateurs ?

Deux siècles après que la négritude se soit mise debout pour la première fois (dixit Césaire), 200 ans après la victoire si chèrement payée de ces nègres va-nu-pieds sur l’une des plus puissantes armées de l’Occident, Haïtiens et Haïtiennes n’en finissent plus de mourir dans l’attente d’une libération sans cesse promise et jamais advenue, dans la spirale absurde d’une Histoire ensanglantée par 32 coups d’États et un interminable carnaval d’exactions de tout acabit. Entre les lignes de la missive de Lyonel Trouillot, il fallait lire l’ardeur de ces hommes et femmes de cœur et de tête qui en ont marre de l’oppression et choisissent de faire résonner les coquillages de lambi comme les marrons d’autrefois, histoire de dire « non ! » aux forces qui voudraient garder Haïti chérie dans ses chaînes.

« Pour le drapeau, pour la patrie, mourir est beau, mourir est beau », s’il faut en croire le dernier couplet de La Dessalinienne. Personnellement, je trouve que ça commence à faire…


L’auteur est écrivain et animateur à l’antenne de la Chaîne culturelle de Radio-Canada.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 10 - No. 05

Côte d’Ivoire : un conflit qui agonise

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Stanley PÉAN

Fenêtre sur rue

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

Articles sur le même sujet

Démocratie

Bilan du 8e Sommet des Amériques

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca