Le piège noir de Harper

vendredi 12 avril 2013, par Michel LAMBERT

Depuis plusieurs semaines, les groupes environnementaux et sociaux s’agitent autour du possible renversement de la ligne 9B d’Enbridge qui apporterait à Montréal le pétrole des sables bitumineux d’Alberta. Ce projet se joint à plusieurs projets d’oléoducs qui visent aussi à amener vers le Québec ce même pétrole. Au total, déjà 5 initiatives se font de concurrence pour être les premiers à profiter de la manne noire au Québec, mais surtout à pouvoir bénéficier des immenses revenus qui seront liés à son exportation.

Et pour la première fois depuis leur arrivée au pouvoir, et ce malgré les attaques répétées à des groupes communautaires, au femmes, aux institutions démocratiques et j’en passe ; pour la première fois donc, les conservateurs sont sur la défensive ! C’est sans doute signe que ces mobilisations contre le pétrole donnent des résultats.

Cette semaine, Joe Oliver, Ministre conservateur du profit par le pétrole, y allait d’une conférence de presse ou il faisait valoir tous les mérites économiques des sables bitumineux. L’acceptation par le Québec du passage des pipelines créerait au bas mot 11000 emplois au Québec. Le PCC se présente ainsi comme un sauveur des emplois et de l’économie au Québec, et surtout pas un mot sur les impacts environnementaux !

À peu de choses près, il s’agit d’un piège noir comme le pétrole dont il est ici question. Il s’agit un gouvernement qui d’une main s’attaque aux travailleurs (notamment avec des coupures dans le secteur public, dans les services communautaires, dans la recherche, etc.. ), qui dépossède les travailleuses et au travailleurs du Québec avec entre autres une réforme de l’assurance chômage les frappant de plein fouet,… et qui de l’autre main, se présente en sauveur en offrant des emplois dans le secteur pétrolier. À supposé d’une part que ces emplois existeraient vraiment (et ils sont plusieurs à rire des chiffres avancées par M. Oliver), on aurait voulu forcer les travailleurs du Québec à les accepter en les privant de leurs précédents emplois qu’on aurait pas agi autrement.

En fait, ce processus n’est pas le fruit de hasard car le parti de Harper nous a déjà habitué au même stratagème. Au niveau budgétaire, nous sommes passé en quelques années d’un gouvernement ayant des surplus à un gouvernement accumulant les déficits et prônant l’austérité. Nous savons clairement aujourd’hui que ces déficits ont été stratégiquement créés par les conservateurs qui ont tout bonnement baissé les impôts notamment des entreprises avec l’objectif, par la suite, de mettre de l’avant une approche d’austérité.

Le Canada est dirigé par un pétro-oligarchie et c’est en tant que tel que les stratégies des mouvements sociaux, écologistes, syndicaux, des femmes et autres doivent être élaborées. Pour les conservateurs, le pétrole est le début et la fin de toutes stratégies économiques et politiques et c’est à cet effet que nous avons l’obligation aussi de faire du blocage de l’expansion de l’exploitation des sables bitumineux notre priorité.

  • Vous voulez arrêter la réforme de l’assurance chômage ?
  • Vous voulez plus de droits pour les femmes ?
  • Vous voulez la protection de l’environnement ?
  • Vous voulez une politique étrangère moins partisane et plus ouverte ?

À tous ces désirs louables, je réponds une seule chose, il faut travailler ensemble là où ça fait mal pour briser ce gouvernement.

Il faut stopper l’arrivée des sables bitumineux au Québec.

À propos de Michel LAMBERT

Directeur Général

Co-fondateur d’Alternatives, et actuel co-Président de l’AQOCI, Michel Lambert est convaincu de l’importance de regrouper les groupes et organisations de la société civile, ici et ailleurs pour promouvoir les principes démocratiques, l’égalité et l’équité pour tous.

Il a tour à tour développé plusieurs des programmes de solidarité internationale d’Alternatives en plus de lancer et animer de multiples campagnes de justice sociale au Québec et au Canada. Il a dirigé l’antenne d’Alternatives en République démocratique du Congo entre 2002 et 2005 avant de prendre la direction de l’organisation en 2007.

Michel Lambert est membre du Conseil de Gouvernance d’Alternatives International et du Conseil d’administration d’Alliance syndicats et tiers-monde. Il a aussi été membre des Conseils de l’Agence québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI) entre 2009 et 2013, de l’Association pour le progrès des communications (APC) entre 2008 et 2011 et de Food Secure Canada entre 2009 et 2012

Il représente enfin Alternatives au Conseil International du Forum social mondial et au sein de diverses coalitions québécoises et canadiennes dont notamment, les coalitions Pas de démocratie sans voix, Voices/voix et le Réseau québécois de l’intégration continentale - RQIC.

Michel Lambert a joué un important rôle de mobilisation et de construction lors du récent Forum social des peuples tenu à Ottawa en aout 2014

Suivez Michel Lambert sur le Journal des alternatives , le Huffington Post Québec , Rabble.ca ou sur Tweeter

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Michel Lambert

Forum social des peuples : Et si ça ne faisait que commencer ?

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Michel LAMBERT

A Baghdad, le Forum Social retrouve toutes ses lettres de noblesse

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca