Journal des Alternatives

Partenaires

Documentaire

L’encerclement - La démocratie dans les rets du néolibéralisme

Julie Médam, 26 février 2009

L’encerclement - La démocratie dans les rets
du néolibéralisme

Documentaire de Richard Brouillette. Dès le 27 février au Cinéma Parallèle (Ex-Centris) à Montréal. Au Cinéma Le Clap à Québec et au Cinéma Paraloeil à Rimouski en mars 2009 (dates à confirmer).

Il aura fallu douze ans d’acharnement au réalisateur Richard Brouillette pour que son film L’Encerclement - La démocratie dans les rets du néolibéralisme voie le jour. Il faut dire qu’il s’agit de quelqu’un de très engagé (et aimé) dans sa communauté à titre de défenseur du cinéma indépendant - au sein de Main Film et la Casa Obscura par exemple.

Si la forme cinématographique du projet en rebutera certains (attendez-vous à une série d’entrevues en noir et blanc, accompagnées de textes informatifs et de très belles archives), on se doit de souligner la témérité de son auteur qui y a joué presque tous les rôles (scénariste, réalisateur, producteur, monteur et traducteur !) sans chercher à plaire - mais plutôt à faire réfléchir et dénoncer.

Car c’est bel et bien un sentiment de révolte qui a poussé Richard Brouillette à faire un film « non pas sur la mondialisation de l’économie - comme il y en avait déjà plusieurs - mais bien sur la mondialisation d’un système de pensée. Un film sur le contrôle des esprits, le lavage de cerveau, le conformisme idéologique ; sur l’omniprésente irréfutabilité d’un nouveau monothéisme avec ses tables de lois, ses buissons ardents et ses veaux d’or ».

Ceux en quête d’un cours d’économie politique 101 ou d’une rencontre avec les grands détracteurs de la pensée néolibérale (ils sont tous là : Noam Chomsky, Ignacio Ramonet, Normand Baillargeon, Susan George, Omar Aktouf, Michel Chossudovsky, etc.) y trouveront leur compte. Par contre, d’autres regretteront qu’à trop vouloir laisser la place à la pensée... le fond ait un peu trop primé sur la forme.