Journal des Alternatives

Partenaires

Élections 2006

L’augmentation du budget militaire n’est pas une solution pour le Canada

Polaris Institute, 9 janvier 2006

Avec la doctrine Bush aux Etats-Unis, l’empire américain renaît. Les États-unis se réservent le droit de demeurer la puissance militaire dominante et le policier du monde. Depuis le 11 septembre 2001, une « forteresse Amérique du Nord » est proposée par Washington pour établir un système commun de sécurité continentale. Les pressions sur le Canada s’accentuent dans ce contexte pour participer à ce processus et augmenter les budgets militaires. Un puissant lobby est à l’œuvre avec des responsables militaires et des corporations impliquée dans l’industrie militaire, notamment. Malgré ces pressions, de nombreux sondages démontrent l’opposition des citoyens à ce projet. 72% des Canadiens estiment qu’il faut dépenser davantage dans la santé, 7% seulement pour la défense.

Les Etats-Unis voudraient que le Canada s’implique dans des opérations militaires directes, sous le mandat de l’OTAN ou directement de Washington, qui se font généralement au détriment des missions de paix de l’ONU. Depuis quelques années, le Canada a diminué sa participation dans les missions de paix de l’ONU.

Entre-temps, le gouvernement a dépensé $750 millions pour de vieux sous-marins britanniques, $174 pour un système de communication satellite qui n’a jamais été utilisé, $65 pour l’entraînement des pilotes de chasse qui n’a jamais servi, et des augmentations de salaires substantielles pour les généraux et les amiraux. D’autres dépenses ont aussi augmenté dans le sillon des mesures imposées pour participer à la guerre contre le terrorisme de Bush.

Nos propositions sont les suivantes :

- Le budget militaire canadien ne doit pas augmenter. De telles augmentations ne vont pas assurer une meilleure protection des Canadiens.
- Les dépenses militaires canadiennes sont déjà élevées. Le budget militaire du Canada parmi les pays membres de l’OTAN est le sixième plus important pour 2003 ($12,3 milliards) et le seizième dans le monde.
- La politique de la défense doit être revue.Elle est encore déterminée par une logique de la guerre froide.
- Le débat actuel est trop influencé par des groupes d’intérêts, notamment les corporations


Pour consultation, le rapport du Polaris Institute (en anglais) sur la hausse des dépenses militaires au Canada.