Journal des Alternatives

Partenaires

Repères

Haïti

ALTERNATIVES, 29 janvier 2004

• La capitale est Port-au-Prince. Les langues officielles sont le créole et le français.

• La population de 8 millions d’habitants est très jeune : 39 % des Haïtiens ont moins de 15 ans.

• L’agriculture occupe 66 % de la population active, les principales cultures étant le café, la canne à sucre, la banane et le cacao.

• C’est le pays le plus pauvre des Amériques, avec 75 % de la population qui vit sous le seuil de pauvreté. Seulement 37 % de la population a accès à l’eau potable.

• Les différents gouvernements haïtiens ont fait face à la réprobation internationale : depuis dix ans, les États-Unis, l’Union européenne et les institutions financières internationales bloquent l’aide prévue pour Haïti.

Quelques dates :

1957 : François Duvalier est élu président. Quatre ans plus tard, il s’autoproclame président à vie.

1971 : Son fils, Jean-Claude Duvalier, lui succède. La dictature des Duvalier, appuyée par une armée paramilitaire (les « tontons macoutes ») supprime toute opposition interne.

Février 1986 : Chute et exil de Jean-Claude Duvalier en France et début d’une période de grande instabilité où présidents et coups d’États se succèdent.

Décembre 1990 : Jean-Bertrand Aristide, élu président de la République, incarne l’espoir d’un changement démocratique.

Septembre 1991 : Le gouvernement d’Aristide est renversé par un coup d’État militaire sous la direction du général Raoul Cedras.

Septembre 1994 : Intervention militaire des États-Unis, sous l’égide des Nations unies, et rétablissement du président Jean-Bertrand Aristide.

Décembre 1995 : René Préval, un proche d’Aristide, remporte l’élection présidentielle.

Avril 2000 : Jean Dominique, journaliste indépendant et directeur de Radio-Haïti Inter, est assassiné.

Novembre 2000 : Les élections législatives et présidentielles, marquées par de nombreuses irrégularités, reportent à la présidence Jean-Bertrand Aristide. Son parti, le Fanmi Lavalas, obtient une grande majorité de sièges au Parlement. Sa légitimité est vivement contestée par la communauté internationale et l’opposition nationale.

Janvier 2004 : Le bicentenaire de l’indépendance d’Haïti est marqué par des manifestations violentes contre le gouvernement.