En juin, c’est le mois de la cybersécur-ÉTÉ

mercredi 31 mai 2017, par Anne-Sophie Letellier

Je ne suis pas tombée dans la marmite technologique quand j’étais petite. Ça fait, tout au plus, cinq ans que j’ai commencé à porter un intérêt envers les technologies numériques, trois ans depuis que j’ai chiffré mon premier courriel et que j’ai commencé à m’intéresser aux enjeux de sécurité numérique. Ça n’a pas toujours été facile : dès que je comprenais comment fonctionnait un outil de chiffrement ou un moyen de sécuriser l’accès à mes données, je découvrais deux fois plus de nouvelles vulnérabilités.

S’initier à la sécurité numérique, c’est un peu comme ouvrir une boite de pandore. On est presque immédiatement confrontés à une panoplie de problèmes, ça nous donne le vertige et on se sent impuissant très rapidement. Ici, le risque c’est de figer : de ne pas savoir par où commencer, de penser que ça prendra trop de temps et de retourner à nos vieilles habitudes — parce qu’au final, elles ne nous ont jamais vraiment causé préjudice. Mais ce n’est pas obligé d’être comme ça… parce qu’il y a plein de raisons de vouloir adopter de meilleures pratiques en sécurité numérique et de protéger sa vie privée !

Bruce Schneier résume bien le défi auquel on fait face quand on sensibilise les gens à la sécurité numérique : on se bat contre « la peur et la commodité ». La peur que ça prenne trop de temps ou que ça soit trop compliqué qui est doublée par la commodité des outils qu’on utilise déjà. Il a raison : ce n’est pas toujours facile, ça peut être chronophage et il n’y a aucune solution clé en main en sécurité numérique (si quelqu’un vous vend un produit comme tel, il vous ment).

La sécurité n’est pas un produit, c’est un processus.

À l’ESN514, nous avions envie de rendre ce processus-là accessible à tous. C’est pourquoi je me suis demandé ce que j’aurais aimé avoir lorsque j’ai débuté. Je voulais identifier des petites habitudes faciles à changer, qui ne prennent pas trop de temps et qui permettent de se familiariser tranquillement aux principes de base de la sécurité numérique.

Ça a donné pas moins de 31 trucs et astuces.

Nous avions tellement hâte de vous les présenter qu’il n’était pas question d’attendre le mois d’octobre pour le « mois de la sensibilisation à la cybersécurité ».

Nous avons donc décidé de faire du mois de juin, le mois de la cybersécur-été !

Pour chaque jour du mois, nous allons vous présenter des petites recettes simples en sécurité numérique que vous pourrez implanter en tournant un steak — ou en grillant des légumes — sur le BBQ.

Soyez prêts, ça commence demain !


Voir en ligne : École de sécurité numérique

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Anne-Sophie Letellier

Des ressources supplémentaires en cybersécurité

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Anne-Sophie Letellier

Mettre un autocollant sur la caméra intégrée de son ordinateur

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Cybersécurité

Déconnectez-vous des sessions Facebook

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca