Journal des Alternatives

À Montréal

« Destroy the meter, enjoy the water ! »

Samedi le 8 novembre à 20h30 à la Pharmacie Esperanza

ALTERNATIVES, 6 novembre 2003

Alternatives vous invite à une soirée de solidarité envers les activistes sud-africains emprisonnés injustement pour avoir résisté à l’installation de compteurs d’eau prépayés. La soirée débutera par la projection du documentaire intitulé Arresting Dissent, produit par Indymedia Afrique du Sud. Le film sera suivi par une présentation de Bricks Mokolo, membre du Orange Farm Water Crisis Committee, sur les luttes populaires contre la privatisation de l’eau en Afrique du Sud. La soirée se terminera par une période de questions et de discussion.

L’événement aura lieu samedi le 8 novembre 2003, à 20h30 à la Pharmacie Esperanza, au 5490 St-Laurent (coin St-Viateur).

Les fonds recueillis (contribution volontaire, prix suggéré 5 $) seront utilisés pour défrayer la caution des militants détenus et ainsi obtenir leur libération.

Les activités se dérouleront en anglais.

************

Bricks Mokolo a été impliqué activement dans les mouvements de résistance contre l’apartheid en Afrique du Sud. En 1985, il a été emprisonné, détenu sans procès et torturé en raison de ses activités militantes.

Bricks est un membre fondateur du Orange Farm Water Crisis Committee (OWCC), un mouvement communautaire qui lutte contre la privatisation des services d’eau au niveau des municipalités.

Depuis 1996, plus de 10 millions de personnes ont subi des coupures d’eau à la suite des politiques de privatisation du gouvernement sud-africain. Dans certaines municipalités, la hausse des coûts de l’eau a dépassé les 500 %.

Les compteurs d’eau prépayés ont été introduits dans différentes communautés à partir de 2000. Ce système oblige les citoyens et citoyennes à payer leur eau à l’avance, un peu comme on achète une carte d’appel. Lorsque les unités sont terminées, l’eau cesse de couler.

L’installation des compteurs d’eau prépayés dans la province de Kwa-Zulu Natal a forcé une grande partie de la population à s’approvisionner dans les rivières environnantes, car elle était incapable de payer les unités d’eau. Cette situation a engendré une épidémie de choléra, infectant plus de 120 000 individus et causant la mort de 300 personnes.

Nous dénonçons les politiques néolibérales qui contribuent à la marchandisation des services publics essentiels. Bricks Mokolo affirme : « La privatisation est un nouvel forme d’apartheid creusant davantage le fossé entre les riches et les pauvres ! ». L’eau est un droit fondamental et non un privilège.

Pour plus d’information, veuillez communiquer avec Alternatives au 982-6606, poste 2250 ou 2258.