Journal des Alternatives

Partenaires

Processus des Sommets

Désaccords entre l’Argentine et les États-Unis en vue du prochain Sommet des Amériques

Centre d’études interaméricaines, 14 septembre 2005

La XI réunion du Groupe de suivi des Sommets des Amériques (GSS) s’est tenue les 8 et 9 septembre derniers à Buenos Aires dans un contexte de profonds désaccords entre les coordonnateurs nationaux des 34 pays de
l’hémisphère prenant part au processus. Le GSS, qui a pour but d’évaluer la réalisation des nombreux objectifs entrepris dans le cadre du processus des Sommets, a débattu du contenu de la déclaration présidentielle du prochain Sommet des Amériques qui aura lieu à Mar del Plata, dans le sud de l’Argentine, du 3 au 5 novembre 2005.

À l’inauguration de la réunion, les différences de vues entre les participants se sont exprimées. Le sous-ministre argentin aux Affaires étrangères Jorge Taiana a été très critique face aux résultats
socio-économiques des mesures de libéralisation du commerce prises dans le cadre du Consensus de Washington. Il a ainsi qualifié la croissance de la période 1990-2003 comme « lente et instable » et a affirmé que celle-ci
avait généré des marchés du travail faibles, une augmentation du travail informel et une croissance du fossé entre travailleurs qualifiés et non qualifiés. Il a également énoncé une leçon que son gouvernement a
tiré de la crise que son pays a traversé récemment : « la croissance économique, aussi élevée soit-elle, si elle n’est pas soutenue et durable, n’est pas une
solution. » Pour favoriser le développement, il a ainsi appelé à une réforme du système financier international. « Il est urgent d’augmenter la cohérence, la bonne gestion et la cohésion des systèmes monétaires
financiers et commerciaux internationaux afin de complémenter la tâche de développement au niveau national », a-t-il lancé.

Le sous-ministre a par ailleurs demandé plus de sources de financement afin de réaliser les 400 objectifs, dont très peu ont déjà été accomplis, entrepris lors des trois Sommets des Amériques ordinaires et les deux Sommets extraordinaires ayant eu lieu jusqu’à maintenant. Afin que la déclaration qui sera adoptée à Mar del Plata ne tombe pas également dans l’oubli, il a demandé à ce qu’un plan d’action « avec des moyens concrets et mesurables » soit adopté.

Enfin, Taiana a rappelé que son pays a proposé, en tant que pays hôte, le thème « créer du travail pour lutter contre la pauvreté et consolider la gouvernance démocratique » pour le prochain Sommet des Amériques. Dans son discours, il n’a toutefois fait aucune référence au projet états-unien de Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA), qui devrait pourtant être au centre des débats du Sommet, mais qui connaît une forte opposition dans plusieurs pays sud-américains.

De son côté, l’ambassadeur des États-Unis à l’Organisation des États américains (OEA) et coordonnateur de son pays pour le Sommet des Amériques John Maisto ne partage pas les positions de son homologue
argentin. Au quotidien argentin Clarín, il a rappelé que les priorités de son gouvernement pour le Sommet étaient de promouvoir le commerce sans entraves, une plus grande ouverture économique, une libre circulation des
investissements et le consensus. Plusieurs observateurs s’attendaient à un durcissement des positions de Washington à la veille de la rencontre du GSS et ainsi à une grande difficulté à rédiger une déclaration commune.
Contrairement au gouvernement argentin, l’administration Bush voudrait faire une description positive des politiques économiques entreprises dans le cadre du Consensus de Washington et suggérer un maintien de celles-ci comme moyen de promotion de l’emploi.


Sources :

« Comenzó reunión de Grupo de Revisión de Cumbres », El Nuevo Herald (AP) , 8 septembre 2005.

« Reclamos de la Argentina ante los países de la Cumbre de las Américas », La NacionLine (Télam) , 8 septembre 2005.

Natasha Niebieskikwiat, « Washington se aferra a su receta », Clarín, 8 septembre 2005.

« Exhortación argentina a las naciones americanas », La Prensa, 8 septembre 2005.

Eduardo Rodríguez-Baz, « Peliaguda negociación por contenidos de próxima Cumbre hemisférica », Prensa Latina, 8 septembre 2005.