Journal des Alternatives

Des colonies et des mensonges

Alternative Information Center (Jérusalem), 20 mai 2005

Presqu’un an a passé depuis le jugement du Tribunal international de justice à l’effet que la construction du Mur par le gouvernement israélien était illégale. Dans son jugement, le tribunal réclamait de l’ONU des actions concrètes pour mettre fin à cette situation. Mais en pratique, rien n’a été fait.

Lors de son passage sur place en mars dernier, le Secrétaire général de l’ONU Kofi Annan a refusé de visiter les régions affectées par le Mur. De diverses manières, l’ONU a reculé par rapport à des positions antérieures réclamant la fin des actions illégales de la part d’Israël.

Entre-temps, la construction dans les colonies de peuplement bat son plein, dont 3 500 maisons dans la colonie de Ma’ale Adumin, qui occupe un territoire plus grand que celui qui est occupé par la ville de Jérusalem, pour une population qui ne dépasse pas 27 000 personnes. L’idée est d’étrangler Jérusalem-Est par une multitude de colonies (Psgat Ze’ev, Ramat Eshkol, French Hill, Har Homa, Gilo et bien sûr Ma’ale Adumin).

Israël entend également renforcer la colonie de Gush Etzion Bloc, au sud et à l’ouest de Bethléem, laquelle sera liée à la colonie de Gilo, ce qui impose la destruction de villages palestiniens comme Walaja.

L’administration Bush est sans équivoque devant cette évolution. Washington demande la fin de l’« expansion » des colonies. En même temps, la secrétaire d’État Condoleeezza Rice a déclaré à la radio israélienne qu’« il existait un parfait accord entre nos deux gouvernements sur le fait que les « principaux centres de population » israéliens en Cisjordanie devaient être protégés dans le cadre d’un accord final ». Par « principaux centres de population », tout le monde sait que cela désigne les grandes colonies de peuplement comme Ma’ale Adumin.

Les médias occidentaux font grand état des difficultés de Sharon à faire adopter son plan de retrait de Gaza. Pendant ce temps, on feint d’ignorer le renforcement des colonies en Cisjordanie, les checkpoints et les fermetures, les destructions de maison et les attaques contre les civils. Dov Weisglass, le principal conseiller de Sharon, a été candide lorsqu’il a déclaré que le retrait de Gaza signifiait le gel définitif du « processus de paix ».


AIC est une organisation composée d’Israéliens et de Palestiniens qui luttent pour la paix et le droit à l’autodétermination pour le peuple palestinien.
Le site de AIC.