Déclaration commune sur les menace de guerre contre l’Irak

vendredi 7 février 2003, par Les organisations de la société civile sénégalaise

Depuis l’écroulement du Mur de Berlin et la disparition du Bloc soviétique, un nouvel ordre mondial est en gestation. Forts de leur hégémonie, les États-Unis sont en train de tracer les contours d’une mondialisation unipolaire fondée sur leurs intérêts géostratégiques.

En réponse aux attentats du 11 septembre 2001, le Gouvernement américain utilise la menace du terrorisme pour s’engager dans une politique dangereuse qui lui permet d’indexer et de combattre des pays comme l’Irak, la Corée du Nord, l’Iran, la Libye, le Soudan, la Somalie, le Yémen, etc, identifiés comme « axe du mal ».

C’est dans ce contexte de menaces sérieuses sur la paix et la sécurité internationales, que le gouvernement de Georges Bush a décidé de mener la guerre contre l’Irak, sous prétexte de combattre le régime dictatorial de Saddam Hussein. Malgré l’envoi par les Nations-Unies d’une mission d’inspection en Irak, qui n’a pas encore fourni les preuves des allégations proférées contre le régime de Bagdad, l’administration Bush s’entête à vouloir déclencher la guerre contre ce pays dont les populations, surtout les femmes, les enfants et les personnes âgées, sont déjà éprouvées par les sanctions économiques et les conséquences de la guerre du Golfe.

Pire, le Gouvernement américain pousse son arrogance jusqu’à vouloir déclencher la guerre au mépris des résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, ce qui est contraire aux principes fondamentaux de la Charte des Nations-Unies qui dispose en son article 39 : « Le Conseil de Sécurité constate l’existence d’une menace contre la paix, d’une rupture de la paix ou d’un acte d’agression et fait des recommandations ou décide quelles mesures seront prises conformément aux articles 41 et 42 pour maintenir ou rétablir la paix et la sécurité internationales ». Si l’objectif avoué est de chasser le dictateur irakien du pouvoir, on peut se demander si la véritable motivation n’est pas de faire main basse sur les énormes ressources pétrolières de l’Irak, après celles de l’Afghanistan.

Face à cette situation inquiétante, grosse de menaces de guerre nucléaire et de déstabilisation de l’économie mondiale, nous, organisations de la Société civile sénégalaise :

  • disons non à la guerre contre l’Irak ;
  • condamnons les menées subversives du gouvernement américain ;
  • exhortons les pays membres du Conseil de Sécurité des Nations-Unies à user de tout leur pouvoir pour empêcher la guerre contre l’Irak ;
  • invitons le Sénégal, les pays de la CEDEAO et les autres pays africains à s’engager contre la guerre et à s’abstenir de tout soutien à cette politique belliqueuse, même enrobée du discours contre le terrorisme ;
  • réaffirmons notre conviction qu’il ne peut y avoir de paix durable dans le monde sans la reconnaissance d’un État palestinien indépendant à côté d’Israël, ni respect de la souveraineté des peuples ;
  • soutenons les initiatives pacifiques engagées par les Sociétés civiles américaines, européennes et le Mouvement social mondial, réuni récemment à Porto Alegre ;
  • lançons un appel pour la destruction massive de toutes les armes biologiques, chimiques et nucléaires dans tous les pays, sous le contrôle des Nations-Unies ;
  • lançons un appel solennel à l’opinion publique sénégalaise, africaine et mondiale pour renforcer la mobilisation contre cette guerre injuste.

Dakar, le 30 janvier 2003

Ont signé :
- Association pour le Développement de l’Éducation et de la Formation (ADEF/Afrique)
- Association des Jeunes pour l’Emploi et le Développement (AJED)
- Association Nationale pour l’Alphabétisation et la Formation des Adultes (ANAFA)
- Centre Africain d’Éducation aux Droits Humains (CAEDHU)
- CARITAS
- Comité Sénégalais des Éducateurs à la Paix (COSEP)
- Confédération Nationale des Travailleurs du Sénégal (CNTS)
- Conseil des ONG d’Appui au Développement (CONGAD)
- Coordination des Syndicats Autonomes (CSA)
- Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO)
- Réseau Citoyenneté, Droits Humains, Démocratie et Paix (RECIDHUP)
- Réseau Siggil Jigeen (RSJ)
- Sauvegarde Citoyenne
- Section Sénégalaise d’Amnesty International
- Union Nationale des Syndicats Autonomes du Sénégal (UNSAS)
- Union Démocratique des Enseignants (UDEN)

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Communiqués, déclarations, mémoires

Cultiver Montréal donne le coup d’envoi de la saison agricole

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

États-Unis

Chelsea Manning et la nouvelle Inquisition

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca