Journal des Alternatives

Partenaires

Consommez ! Soyez responsable !

Alexandra GILBERT, 4 décembre 2002

Il y a fort à parier que le magasinage du temps des fêtes vous rattrapera malgré toute votre volonté non consumériste... Cette année, pourquoi ne pas mêler un peu d’éthique à la consommation en achetant des produits issus d’entreprises ou de projets socialement et écologiquement responsables ?

Le commerce équitable connaît depuis quelques années un engouement certain, comme en témoigne la multiplication d’initiatives afin de responsabiliser notre consommation. De nombreuses campagnes de sensibilisation sur la promotion de choix justes ont provoqué un questionnement grandissant sur la provenance et le contenu de produits, exigeant du même coup une plus grande transparence sur leurs conditions de production ou leurs répercussions sur l’environnement, voire sur la santé humaine. Le « consommacteur » est prêt désormais à modifier ses habitudes de consommation pour différentes raisons : soutenir les producteurs du Sud (commerce équitable), poser un geste politique, consommer des produits respectueux de l’environnement ou encore, encourager les initiatives de développement social, dans une perspective de solidarité locale.

Le commerce équitable

Selon Équiterre, un organisme montréalais sans but lucratif voué à la promotion de choix écologiques et socialement équitables, cinq millions de petits artisans et de producteurs participent au commerce équitable. Il s’articule autour d’une structure innovatrice, en marge du marché dominant : les produits qui circulent au sein de ce marché parallèle ne sont soumis ni à la concurrence ni à la fluctuation des prix. Le commerce équitable repose sur deux grandes idées : une rémunération décente des producteurs du Sud et la sensibilisation à la consommation responsable au Nord. Tous pays confondus, les produits agricoles (thé, cacao, sucre, confitures, épices, miel, etc.) demeurent à ce jour les plus répandus, le café en étant le produit phare, tandis que la production artisanale s’immisce elle aussi tranquillement sur cette route alternative. Cette initiative est balisée par des principes qui agissent comme autant de clauses d’un contrat implicite entre consommateurs et producteurs, validées par le sceau d’un organisme de certification.

Équiterre estime que la consommation du café équitable est en nette progression : au Canada, entre 1997 et 1999, les ventes ont doublé. Transfair, l’organisme indépendant de certification canadien, estime que pour l’année 2001, 4 % des buveurs de café canadiens ont acheté équitable. Ce produit occupe 0,2 % du marché du café au Canada, ce qui demeure fort peu, considérant qu’il occupe 5 % du marché en Suisse. Mais comme le souligne Stéphane Kordani, de Café Rico à Montréal, le commerce équitable « occupe [néanmoins] une grande place au niveau du cœur et des passions chez les consommateurs ».

Toujours selon Stéphane Kordani, pour éviter toutefois que le commerce équitable ne devienne qu’une simple marque de commerce récupérée par les multinationales ou des commerçants peu scrupuleux, il est impératif de légiférer sur les responsabilités mêmes de la pratique « équitable ». Pour son avenir, il serait également primordial d’accorder une plus grande place aux partenaires du Sud, notamment en intégrant les opinions des producteurs dans les bilans et en portant une plus grande attention à leurs besoins. Il ne faut pas oublier que malgré ses visées, le commerce équitable demeure largement dominé par les institutions du Nord et que le dialogue Nord-Sud pourrait être poussé beaucoup plus loin. Les tarifs protectionnistes imposés par le Nord sur les matières premières transformées dans les pays du Sud freinent aussi la logique solidaire.

Pour une solidarité Nord-Sud

Si les produits équitables vous tente pour le temps des fêtes, nous vous suggérons de consulter le site d’Équiterre. Pour le café, le thé et le sucre, le Café Rico à Montréal demeure une référence - le propriétaire a la cause tatouée sur le cœur, comme on dit. Soulignons aussi la gamme de produits fort originale Cocoa Camino, à base de cacao équitable, distribués partout au Canada dans les magasins d’aliments naturels, des boutiques et épiceries, par la coopérative de travail La Siembra, basée à Ottawa.
Pour la concoction de son chocolat chaud, La Siembra utilise du cacao biologique acheté à de petits producteurs de la République dominicaine et de la canne à sucre provenant de petites productions paraguayennes. Une coopérative de ce pays procède ensuite à l’extraction du jus de canne à sucre, avant que le produit ne soit acheminé au Canada.

Si la route équitable demeure le canal officiel de la solidarité Nord-Sud, il faut mentionner l’intérêt d’une autre initiative de nature politique. Le groupe Objection de conscience, qui fait campagne pour la levée des sanctions en Irak, tentera cette année encore, pour le temps des fêtes, de promouvoir l’achat d’un panier tressé par les membres d’une coopérative de femmes en Irak, et rempli de dattes achetées à de petits groupes de producteurs.

Et la solidarité au Nord ?

Bien que le commerce équitable soit surtout compris comme un échange Nord-Sud, il ne faudrait pas oublier qu’ici même des initiatives visant soit la réinsertion, soit la réduction de la pauvreté, réunies sous l’appellation d’entreprises d’économie sociale et solidaire, méritent notre attention de « consommacteur ». Pour le buffet du temps des fêtes, pourquoi ne pas faire appel à un service de traiteur partie prenante d’un projet de réinsertion sociale qui vise l’apprentissage d’un métier (Resto Plateau, cuisines collectives Hochelaga-Maisonneuve, restaurant La Corbeille, etc.) ? Offrir un vélo recyclé (S.O.S Vélo, Le Vélo Vert, etc.) fabriqué par des jeunes en apprentissage, en attendant la belle saison ? Des produits du terroir aux meubles artisanaux, en passant par le matériel informatique et les jouets recyclés, les secteurs d’activité sont variés et la cause fort noble.

L’événement Vente de Noël qui aura lieu le 8 décembre prochain ( Centre d’écologie urbaine, 3516, avenue du Parc de 9 h à 17 h) sera l’occasion de magasiner éthiquement des « cadeaux artisanaux et respectueux de l’environnement ». Cet événement a le mérite de réunir sous un même toit des artisans d’ici et des produits équitables du Sud ; comme quoi ces deux formes de solidarité ne sont pas contradictoires...

Une consommation responsable se pose d’abord comme un questionnement : à qui profite mon achat ? Puis, elle se traduit par un geste ciblé, de nature parfois politique, qui exprime une solidarité envers un groupe de personnes ou une cause. De là l’importance de plus en plus grande de consommer éthiquement des produits d’ailleurs... comme d’ici. Faites vos choix !

Alexandra Gilbert, journal Alternatives.


Quelques liens Internet :

L’organisme de référence en matière de commerce équitable au Québec demeure Équiterre. Basé à Montréal, Équiterre est impliqué dans la sensibilisation à la consommation responsable et son site répertorie les marchands québécois offrant des produits équitables.
- http://www.equiterre.qc.ca

La Siembra est une coopérative de travail basée à Ottawa qui a reçu cette année le Prix de l’entreprise socialement responsable. Pour les points de vente de ses produits au Québec ou ailleurs au Canada, consultez son site.
- http://www.lasiembra.com

Le site du Collectif des entreprises d’insertion du Québec répertorie plusieurs entreprises d’économie sociale et solidaire à travers le Québec et leur mission sociale.
- http:// www.collectif.qc.ca

Le regroupement Objection de Conscience n’a pas de site Internet, mais pour obtenir de l’information sur ses activités et sa campagne contre l’embargo en Irak, vous pouvez utiliser cette adresse électronique : object@colba.net