Journal des Alternatives

Partenaires

Comité québécois du FSM 2004

12 novembre 2003

QU’EST-CE QUE LE FSM ?

Le Forum social mondial est un espace de rencontre ouvert destiné à approfondir la réflexion, le débat démocratique d’idées, la formulation de propositions, l’échange d’expériences et l’articulation d’actions efficaces, entre les associations et mouvements de la société civile qui s’opposent au néolibéralisme et à la domination du monde par le capital et par toute forme d’impérialisme. Ces acteurs se sont engagés dans la construction d’une société planétaire centrée sur l’être humain. Le FSM se propose de débattre des alternatives de construction d’une mondialisation planétaire assise sur le respect des droits de l’homme universels et de ceux de tous les citoyens et citoyennes de toutes les nations, ainsi que de l’environnement, une mondialisation appuyée sur des systèmes et des institutions internationaux démocratiques placés au service de la justice sociale, de l’égalité et de la souveraineté des peuples.

Les trois premières éditions du FSM ont eu lieu à Porto Alegre (Brésil). Par son désir de renforcer une coalition mondiale des mouvements et organisations les plus diversifiés de la société civile, dans le respect des différences, de l’autonomie des idées et des modes de lutte, le FSM, à l’origine le seul espace de convergence mondial de la lutte contre la mondialisation néolibérale, recherche désormais à étendre ces objectifs au-delà des frontières.

Forum social mondial de Mumbai

La principale raison pour organiser le FSM 2004 en Inde est le désir d’augmenter la participation et la représentation de la société civile de l’Asie et de l’Afrique. En effet, plus des deux tiers de la population mondiale se retrouvent dans ces régions. Afin de respecter son engagement comme mouvement international, le FSM devait se déplacer des Amériques vers l’Asie. L’édition 2004 du FSM aura donc lieu à Mumbai, une ville dont l’histoire est constituée de luttes sociales et syndicales. Les analyses, les pistes de réflexion et de solutions, les stratégies et finalement les alternatives qui seront dégagées du FSM 2004 représenteront davantage les enjeux et les points de vue de nos camarades d’Asie et d’Afrique.

QUI SONT LES PARTICIPANTS

L’objectif du Comité québécois du FSM 2004 est de former une délégation de militants et militantes québécois, qui ont à cœur la construction d’un monde meilleur qui respecte les droits humains universels, la diversité culturelle, et l’environnement, et qui se rendront à Mumbai en janvier 2004 afin de participer au Forum social mondial.

La majorité des personnes constituant la délégation sont à l’emploi ou bénévoles des organisations suivantes :

- Alternatives
- Centre des Médias Alternatifs Québec (CMAQ)
- Centre de recherches et d’études en développement international de Lanaudière (CREDIL)
- CFNJ
- CKUT
- Conseil Central du Montréal Métropolitain de la CSN (CCMM-CSN)
- Campement de la jeunesse du Québec
- Éco-quartier Peter-McGill
- Radio Centre-Ville

Chaque participant-e s’engage à participer activement aux activités d’éducation populaire visant à faire connaître les enjeux soulevés au FSM et les principales alternatives qui y sont proposées.

OBJECTIFS DU COMITÉ QUÉBÉCOIS POUR LE FSM

Trois objectifs sont poursuivis par le Comité Québécois pour le FSM : soutenir, informer et mobiliser.

a) Soutenir les initiatives

Le Comité Québécois pour le FSM a pour premier mandat de soutenir la constitution d’une délégation québécoise au FSM par la formation et la recherche de financement. À ce titre, plusieurs initiatives sont menées pour collecter des fonds :

- Recherches de financement auprès de différents organismes
- Organisation d’événements bénéfices à Montréal :

- La Levée de funk le 27 novembre au Swimming
- Projection de films militants le 1er décembre
- Conférence : « L’État des mouvements sociaux en Inde », mardi 2 décembre à Alternatives
- Soirée politico-culturelle le 8 janvier au Club Soda

D’autres actions seront menées en parallèle au retour du Forum social mondial pour doter le Comité Québécois du FSM du budget nécessaire pour assurer la pérennité et le développement à moyen et à long terme du Comité (événements bénéfices, demandes de subventions…) et permettre l’organisation d’outils de formation et d’éducation populaire à travers le Québec (colloques, débats, conférences…).

b) Informer sur les enjeux et les alternatives

Le Comité Québécois pour le FSM souhaite informer largement la population québécoise sur les enjeux liés à la mondialisation et les principales alternatives possibles. Pour cela, il souhaite organiser des activités publiques au retour du FSM, dont possiblement une collaboration à l’organisation du Forum social des peuples du Canada du Québec et des Nations autochtones.
Un lancement médiatique est prévu pour le 2 décembre (avant la conférence sur l’Inde à Alternatives). Lors de ce lancement, le Comité Québécois du FSM présentera ses objectifs et les actions de mobilisation qui seront menées, en s’appuyant particulièrement sur les expertises complémentaires de ses membres et des organisations partenaires pour la collecte, l’analyse et la diffusion de l’information avant, pendant et après le FSM. Il supportera également les initiatives remarquables liées au FSM, dont notamment le deuxième Campement québécois de la jeunesse qui se tiendra l’été prochain.

D’autres conférences de presse pourront être organisées ailleurs au Québec, à la demande d’organismes partenaires à l’extérieur de la région montréalaise

c) Mobiliser

Le Comité Québécois se veut un organe de mobilisation auprès de l’ensemble de la société civile québécoise, de façon à inciter les citoyennes et citoyens à prendre part à ce débat majeur. Pour cela, il travaillera en coopération avec l’ensemble des organismes partenaires et avec les médias alternatifs et communautaires pour s’assurer d’une diffusion de ses actions à la fois large et de qualité.

Ainsi, l’objectif à moyen terme du Comité Québécois du FSM 2004 est d’organiser différentes activités publiques, réunions et conférences à travers le Québec, et s’associer à divers acteurs du monde militant et des mouvements sociaux. Il s’agira alors, de faire connaître à la population québécoise les enjeux soulevés lors du FSM, de rendre compte des initiatives locales au Québec et d’encourager l’émergence d’un projet de société alternatif et solidaire pour le Québec d’aujourd’hui et de demain.

Informations :

Catherine Binette

Coordonnatrice du Comité québécois du FSM 2004

(514) 982-6606, poste 2252