Ces 800 millions oubliés dans la campagne

vendredi 31 août 2012, par Michel LAMBERT

La campagne électorale est dans son dernier droit et plusieurs des commentateurs qui ont déjà entrepris d’en faire le bilan ont noté que d’importantes questions, pourtant criantes il y a quelques semaines à peine, ont depuis été totalement escamotées. Au nombre d’entre elles : ces millions que les payeurs de taxes québécois versent à l’État canadien pour la coopération internationale et qui, en retour, ne se traduisent absolument pas par un soutien canadiens aux organisations de solidarité de chez-nous. Au bas mot, ce sont $800 millions que le Québec contribue annuellement pour l’Agence canadienne de développement international (ACDI). Dans un des derniers appels à projets de l’ACDI, les groupes membres de l’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI) ont dû se contenter d’un maigre 0,6%. On est loin du compte !


La dé-solidarité sous Harper

Les valeurs promulguées par le gouvernement Harper en coopération internationale entrent de plus en plus en contradiction avec celles prônées par nos organismes et en conséquence, les ressources fédérales sur ce secteur sont de moins en moins disponibles pour les organisations d’ici.

Depuis l’arrivée en poste des Conservateurs, la très grande majorité de nos groupes ont vu leurs ressources diminuées, sans explication, alors que de nouvelles associations, sans expertise et surtout basées ailleurs qu’au Québec se sont vu, elles, attribué des moyens. Et c’est sans parler de cette nouvelle idée de faire faire la coopération par les minières canadiennes.

Dans d’autres secteurs, on utiliserait le mot « détournement » !

Sans limiter les analyses à ces simples questions régionales ou mathématiques, il est clair qu’avec environ 23% de la population, le Québec et ses organisations de solidarité seraient en droit d’obtenir bien au delà du 0,6% déjà mentionné.

Pour une Agence québécoise de solidarité internationale

Le Québec est le foyer de la coopération internationale au Canada et beaucoup des plus importantes organisations ont encore leurs quartiers généraux à Montréal. L’AQOCI regroupe 65 associations et plusieurs d’entres elles sont actives depuis des décennies. Le Ministère des Relations Internationales du Québec gère déjà un programme de coopération dont les moyens ne sont pas comparables avec ceux de l’ACDI, mais qui pourrait aisément être bonifié.

Le 19 avril 2012, Pauline Marois annonçait qu’un Québec indépendant créerait une Agence québécoise de la solidarité internationale. Mais plus important encore, elle annonçait du même souffle que d’ici là, un gouvernement péquiste négocierait avec Ottawa pour le rapatriement et la gestion au Québec de l’enveloppe québécoise de $800 millions versée pour la coopération.

Québec solidaire aussi s’est formellement engagé sur la même voie. Les Québécois et les Québécoises peuvent gérer eux-mêmes leurs engagements de solidarité internationale et nous serons plusieurs à le rappeler à ceux et celles qui seront aux commandes le 5 septembre prochain.


Voir en ligne : Original sur le Huffington Post Québec

À propos de Michel LAMBERT

Directeur Général

Co-fondateur d’Alternatives, et actuel co-Président de l’AQOCI, Michel Lambert est convaincu de l’importance de regrouper les groupes et organisations de la société civile, ici et ailleurs pour promouvoir les principes démocratiques, l’égalité et l’équité pour tous.

Il a tour à tour développé plusieurs des programmes de solidarité internationale d’Alternatives en plus de lancer et animer de multiples campagnes de justice sociale au Québec et au Canada. Il a dirigé l’antenne d’Alternatives en République démocratique du Congo entre 2002 et 2005 avant de prendre la direction de l’organisation en 2007.

Michel Lambert est membre du Conseil de Gouvernance d’Alternatives International et du Conseil d’administration d’Alliance syndicats et tiers-monde. Il a aussi été membre des Conseils de l’Agence québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI) entre 2009 et 2013, de l’Association pour le progrès des communications (APC) entre 2008 et 2011 et de Food Secure Canada entre 2009 et 2012

Il représente enfin Alternatives au Conseil International du Forum social mondial et au sein de diverses coalitions québécoises et canadiennes dont notamment, les coalitions Pas de démocratie sans voix, Voices/voix et le Réseau québécois de l’intégration continentale - RQIC.

Michel Lambert a joué un important rôle de mobilisation et de construction lors du récent Forum social des peuples tenu à Ottawa en aout 2014

Suivez Michel Lambert sur le Journal des alternatives , le Huffington Post Québec , Rabble.ca ou sur Tweeter

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Michel Lambert

A Baghdad, le Forum Social retrouve toutes ses lettres de noblesse

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Michel LAMBERT

Qu’est devenue la Ville sanctuaire ?

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Coopération internationale

Vers un renouveau pour l’aide au développement du Canada ?

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca